magazine oeil paca magazine photo
     
  Entretien avec un ANGE  
  Ange Christian Décamps

Le groupe existe depuis novembre 1969...

Christian Décamps : « Le premier vrai concert d'Ange a eu lieu le 31 janvier 70 à Belfort. Mais l'aventure a commencé dans les années 65. C'était un groupe de bal," Les An ges ". On reprenait des titres des Bee Gees, des Beatles... »

À l'origine du projet : Il y avait Christian Décamps et Jean-Michel Brézovar. Ton frère Francis est venu faire un bout de chemin avec Ange. Aujourd'hui, ton fils Tristan accompagne le groupe. Le premier album " Caricature " est sorti en 1972.

Christian Décamps : « Dans les années 70, Ange était l'un des groupes les plus vus de France. Nous faisions dans les 250 dates par an. Nous avons reçu six disques d'or. Nous sommes allés en Angleterre. Là bas, nous avons fait plus de 150 concerts. Ange a participé au festival Reading, qui est le plus ancien festival du monde,  et joué devant 30 000 personnes. C'était énorme, vraiment des souvenirs inoubliables ».

Les musiciens se sont succédé tout au long de ses années

Jean-Michel Brézovar, Daniel Haas, Gérard Jelsh, Claude Demet, pour ne citer qu'eux, aujourd'hui, la formation est composée de Christian et Tristan Décamps, Hassan Hadji, Thierry Sidhoum et Benoit Cazzulini. En 2014, le groupe sort une nouvelle production de l'album (disque d'or) paru en 1974 " Émilie Jacotey ".

Christian Décamps : « Oui, le maréchal ferrant nous a appelés des limbes.

 
 
Photographie réalisée par Rv Dols - Copyright Rv Dols - All rights reserved
   

Il faut quand même se rendre compte qu'à l'époque, Emylie Jacotey qui était le personnage principal du disque, est devenu aussi célèbre que l'abbé Pierre.

À la fin des années 60, un phénomène social était en marche. Une génération qui avait d'autres envies.

Elle voulait partir vers d'autres rêves, d'autres horizons. Le public, comme les artistes d'ailleurs, allait dans le même sens, l’inconscient. Le retour à la terre avec une volonté de faire un peu machine arrière pour freiner le processus de la destruction de l'espèce humaine. Émilie Jacotey c'était, on met sur pause et on va vers les choses simples et essentielles. En trois semaines l'album était disque d'or ». 

C'était un 33 tours, si j'ai bien compris... la deuxième face était moins aboutie que la première

Christian Décamps : « Nous étions toujours sur la route, de concert en concert. Nous n'avions pas beaucoup de temps. Le contrat stipulait que nous devions sortir un album par an. La première face était peaufinée. Mais pour la seconde, il y avait urgence. C'est l'une des raisons de sa résurrection. Nous avons rajouté quatre légendes de plus ». 

Sans minimiser le travail des musiciens qui sont passés dans le groupe, on peut dire que Ange c'est avant tout Christian Décamps

Christian Décamps : « Dans tout vaisseau, il y a un capitaine. Il faut bien que quelqu'un propose. Je n’aime pas le mot diriger, mais l'orientation est nécessaire. Dans le sens démocratique du terme, si les musiciens ont quelque chose à proposer, ils peuvent le faire ». 

Depuis le début

Entre les albums studio, les enregistrements publics, les compils, je crois qu'une trentaine de disques jalonne les 47 ans d'existence du plus vieux groupe de pop/rock français. Il y a eu une carrière solo, d'ailleurs ton fils Tritan t'accompagne sur certains albums. Tu as également écrit des livres.

Christian Décamps : « J'ai écrit un recueil de poésie qui est sorti en 77. Après, j'ai répondu à une commande au moment du bicentenaire de la révolution. J'ai écrit mon premier roman, " Baba sur les fesses du Bon Dieu ", publié en 96 et " La voiture à eau " en 99 ».

En 1996

Tu crées " Le pied dans la Marge ", association qui permet de promouvoir ton travail. Mais peux-tu définir Ange ?

Christian Décamps : « À l'époque, Ange est devenu un phénomène social, je pense que nous apportions du rêve. Dire que la vie est une utopie et une chimère, ça va vraiment à l'encontre du commerce et de la société. De toute façon, on nous a toujours traités de subversifs. Ange ça raconte avant la vie, toute la vie, au-delà de la vie, sans prétention aucune ».

 
 
Ange le groupe
 
 
Photographie réalisée par Rv Dols - Copyright Rv Dols - All rights reserved
 

Sur les albums de Ange, j'ai récupéré des titres que je vais te formuler sous forme de questions

1972, album Caricature : Dignité

Christian Décamps : « Digne de ce nom, Ange, du moins je crois ». 

1972, album Caricature : Caricatures

Christian Décamps : « Ce soir tu verras, il y a des projections où nous sommes caricaturés. J'adore ça en plus. Nous sommes des caricatures de vie. Caricatures dans le sens où nous voulons évoquer les différents caractères qui animent les humains ». 

1974, Au-delà du délire : Si j'étais le messie

Christian Décamps : «  En fait, il s'est fait avoir. Il aurait du faire le contraire de ce qu'il a fait et peut être que le monde serait sauvé. Cette histoire de Jésus revient aussi dans l'album Vu d'un chien " Foutez moi la paix " ». 

1974, Au delà du délire : Exode

Christian Décamps : « Voyage initiatique dans l’inconnu. L’inconnu c'est une partie de l'espoir humain ».

1983, La gare de Troyes : Les moments bizarres

Christian Décamps : « Jouer sous un décor qui était la gare de Troyes, spectacle fabuleux avec 33 comédiens et musiciens, au printemps de Bourges devant 5000 personnes. Un funambule passait au-dessus du public pour rejoindre une hypothétique planète bleue. C'était l'un des plus beaux spectacles des années 80 ».

1984 Fou : Crever d'amour

Christian Décamps : «  On crève d'amour pour notre public. On n'en meurt pas... la preuve... comme disait Barbara : ma plus belle histoire d'amour c'est vous ». 

1989 Sève qui peut : Plaisir facile

Christian Décamps : «  La liberté sexuelle dans les années 70. Les groupies qui n'étaient pas des femmes soumises, bien au contraire. Il y avait une espèce d'équilibre entre l'homme et la femme. Oui, c'était l'amour en toute liberté, c'était très beau ». 

1992 Les Larmes du Dalaï-Lama : Tout oublier

Christian Décamps : « C'est ce que tu fais à chaque fois que tu fais un nouvel album. Je n'ai pas un regard nostalgique sur le passé. Vieillir c'est la nature. On ne peut pas pleurer sur sa jeunesse. Nous ne savons pas de ce que demain sera fait. Mais, nous savons ce qu'hier fut ». 

1992 Les Larmes du Dalaï-Lama : Les Herbes folles

Christian Décamps : « En ce qui me concerne, je suis tombé dedans quand j'étais petit. Je ne suis pas quelqu'un d'excessif dans mes consommations. J'aime bien faire une petite fête de temps en temps et me retrouver devant un pétard. Ce n’est pas une addiction. Plutôt quelque chose de festif ». 

1999 La voiture à eau : Jardin secret

Christian Décamps : «  Nous avons tous des secrets. Si tous les humains devaient dévoiler des secrets d'histoire, nous serions tous bouleversés par la vérité ». 

2014 Émilie Jacotey : Innocent les mains sales

Christian Décamps : « Avant de jouer ce morceau, je dis ; nous voyons toujours la faille dans l'âme de son voisin, sans jamais entrevoir le foutre que l'on a dans la sienne. L’intelligence devrait permettre de reconnaître tes défauts et tes qualités ».

http://www.ange-updlm.com/

Rv Dols - herve.dols@oeilpaca.fr

 
 
Ange en concert
 
 
Photographie réalisée par Rv Dols - Copyright Rv Dols - All rights reserved
 

 

magazine web

 

L'oeil paca.fr votre magazine web gratuit - Mémoires images L'Oeil paca.fr BP Mairie 13150 Tarascon cedex - redaction@oeilpaca.fr