pub france info
   
| SOMMAIRE n° 6 | ART |
Numéro 6
   

Art

ART : Si tout restait à faire

Évidemment nous n’avons pas la prétention de vous faire un cours sur l’art moderne, ou l’art tout court.

Nous voulons juste citer quelques dates et quelques noms importants parmi tant d’autres...

Il semble indéniable que le début du siècle précédent (1900) a joué un rôle prédominant, avec l’arrivée de l’ère industrielle où la machine et la science viennent bouleverser tous les concepts.

L’homme prend conscience qu’il est au début d’une nouvelle ère et que, par conséquent, tout est à faire.

L’art n’échappe pas à ce précepte, certains esprits décident de créer une nouvelle donne et de faire table rase du passé.

C’est en 1816 que le Français Joseph Nicéphore Niepce (1765-1833), obtient de véritables photographies en chlorure d’argent qu’il stabilise à l’acide nitrique. Mais les images sont des négatifs.

En 1822, grâce au bitume de Judée, une surface sensible à la lumière étendue sur une plaque de verre, il réalise les premières photographies de l’histoire.

En 1829, âgé de 64 ans, Niepce s’associe avec Louis Jacques Mandé Daguerre, un peintre décorateur propriétaire d’un Théâtre à Paris.

Daguerre met au point le développement de l’image négative et trouve le système pour la fixer.

Le procédé fut présenté à l’académie des sciences le 07 janvier 1839.

Début 1900, le daguerréotype connaît un engouement sans précédent auprès des portraitistes, c’est le début de la fin pour les peintres.

Dès lors l’art n’a plus exclusivement pour fonction de représenter le plus fidèlement possible le réel. En effet la photographie s’acquitte de cet exercice. L’art devient « pensé » par des expérimentations et des idées conceptuelles.

En 1905 au Salon d’Automne de Paris le public découvre les « Fauves » un nouveau style, plein de vigueur, qui se refuse d’être une imitation formelle de la nature, parmi eux : Georges Braque, Raoul Dufy, Albert Marquet et Georges Rouault.

La même année Francis Picabia expose pour la première fois à la galerie Haussmann.

Deux ans plus tard, 1907, la riposte s’organise. Pablo Picasso décide de rompre avec toutes les traditions de l’Art de peindre et donne naissance au Cubisme avec le célèbre tableau « Les demoiselle d’Avignon », il sera accompagné par Juan Gris, Georges Braque, Fernand Léger et André Derain. Le Cubisme devient rapidement l’un des mouvements les plus influents de l’Art moderne. On peut dire qu’il s’achève (l’art moderne) en 1960, sous l’impulsion des Fluxus et Pop Art considérés comme origine de l’Art contemporain actuel.

Le 13 février 1913, au salon l’ « Armory Show », 1 600 tableaux et sculptures modernes d’artistes Européens sont exposés pour la première fois à New York. Les Américains découvrent Ingres, Delacroix… les impressionnistes, les symbolistes, les fauves, et les cubistes.

Une révélation pour l’oncle "Tom".

Marcel Duchamp expose à New York en 1914 ses premiers « Ready mades » dont le principe repose sur l’utilisation d’objets utilitaires érigés en œuvre d’art, une nouvelle direction qui témoigne d’une tendance complètement inédite.

Man Ray, Katherine Dreier et Marcel Duchamp fonde en 1920 la société anonyme, lieu d’exposition et de rencontre pour les artistes, qui est le premier musée d’art moderne Américain.

A Paris l’exposition du surréalisme de 1938 à la galerie des beaux-arts, fait découvrir au public : Le « Taxi pluvieux » de Dali (cliente trempée et couverte d’escargots), mais aussi la présence d’œuvres d’ Yves Tanguy, Marx Ernst, Marcel Duchamp, Oscar Dominguez, Kurt Seligman. Des artistes qui s’inscrirent dans le paysage artistique dit moderne, une nouvelle avant-garde.

Le Pop Art voit le jour en Angleterre en 1955. Mais c’est réellement en 1960 par les provocations des Américains  Andy Warhol, Jasper Jhons et Roy Lichtenstein, que le Pop Art devient un courant artistique majeur qui dénonce la consommation de masse et présente l’Art comme un simple produit éphémère, bon marché, à consommer et à jeter.

La Naissance du mouvement Fluxus en 1961 au Etats Unis, concerne principalement les arts visuels, musicaux et littéraires.

Georges Maciunas, jeune artiste influencé par la philosophie Zen, le Dada et John Milton Cage, (musicien compositeur expérimental), dénigre systématiquement toutes les institutions et œuvres d’arts. Fluxus est un mot médical qui désigne le vidage d’organe coulant ou la défection coulante. Le principe de départ est un humour dévastateur et provocant pour déchaîner les limites et les pratiques artistiques. L’art et la vie sont considérés comme indissociables.

De nos jours, les voies de recherche de l’artiste « moderne » sont le conceptuel, le minimalisme, la performance, l’art sociologique, l’art corporel… La pensée est au centre des sujets, semble-t-il. Les non initiés ont du mal à s’y retrouver.

Beaucoup de questions restent posées :

L’artiste veut-il cloisonner et rendre hermétique au commun des mortels « l’Art » et se l’approprier ? Est-il pro élitiste ?

L’artiste des années « 2000 » est-il en mesure de dépasser ses pères et de s’émanciper du passé pour s’ouvrir sur une nouvelle ère ?

 

David / david.sanchez@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex