magazine oeil paca magazine photo
Reportage : Bac de Barcarin
   
 
 
   

Bac de Barcarin

Reportage : Bac de Barcarin

Nous voulions faire un sujet sur les gens qui vivent autour et sur le Rhône. Il nous est apparu sympa d’évoquer le bac de Barcarin qui traverse le Grand Rhône entre les Salins de Giraud et Port Saint Louis du Rhône.

Mr Alain Floutier directeur de la SMTDR (Syndicat Mixte des Traversées du Delta du Rhône) a bien voulu répondre à nos questions.

A l’écoute de l’enregistrement qui dure plus d’une heure, nous prenons conscience que le directeur de la SMTDR n’a de cesse de nous parler d’écologie.

Il éveille en nous une curiosité qui dévie un peu du thème initialement prévu. Une irrésistible envie de gratter le sujet s’est emparée de nous.

Photo Hervé Dols - All Rights Reserved -

Nous constatons alors que Jean Noël Guerini, Président du Conseil Général des BdR, a fait voter en 2004 une délibération sur le principe de la construction d’un pont de desserte locale (à péage) à Barcarin. Il relierait la berge des Salins à celle de Port Saint Louis soit un peu plus de 400 mètres. Pourtant la commission des transports du CG13 dégage un budget de 15 millions d’euros pour la construction de deux nouvelles cales d’accostage et l’achat d’un nouveau bac. Comprenne qui peut.

Nous évoquons la ville des Salins de Giraud liée étroitement à la production de sel et au bac. Dans l’entretien, Mr Alain Floutier nous précise ;

Mr Floutier Alain : La production de sel a fortement diminué, (Les Salins du Midi). La Provence de ce jour évoque une nouvelle réduction des effectifs. Je pense que cela ne va pas fermer, mais ils ont vendu beaucoup de foncier au conservatoire du littoral. Un projet est en cours…

L’œil paca.fr : C’est une bonne nouvelle.

Mr Floutier Alain : Je n’en sais rien. Moi je pense qu’il y a eu une autre vision, indépendamment aux dernières élections. Il y a quand même une prise en compte par tout le monde de l’environnement, une révolution dans la société. Mais cela se fait peut-être trop vite pour nous.

Je faisais partie d’un groupe de travail chargé d’une réflexion importante sur la nouvelle charte du Parc de Camargue, sur tous les sujets, les avec les pro pont et les anti pont qui eux veulent garder le bac. Il y a eu un travail considérable. Sur l’aspect gestion citoyen c’était très intéressant. Tout le monde s’est tourné vers ce que l’on appelle la reconversion touristique et un tourisme vert. Nous, on s’est intégré dans ce tourisme vert. Pour le touriste, celui qui vient découvrir la Camargue, qui a un pouvoir d’achat potentiel, qui veut s’intéresser à la culture. Le bac était préférable. C’est un atout. A l’occasion du festival de la Camargue, nous avons testé avec des scolaires et le CPIE d’Arles, (centre permanent initiative environnement du pays d’Arles) une mise à disposition d’un bac pour faire découvrir le fleuve à 874 scolaires.

L’œil paca.fr : Dans le cadre de la SMTDR ?

Mr Floutier Alain : Tout à fait, je suis au conseil du Parc de Camargue et ce débat sur le pont dure depuis des dizaines d’années. Je ne m’occupe pas de tout cela. Je suis fonctionnaire, directeur de structure. Je dois faire ma mission et la sécuriser.

Après on peut faire des choses, réfléchir sur différents aspects : déplacement, vie locale, découverte ou initiation à l’environnement, culture, etc. A mon sens nous ne pouvons pas vivre coupés les uns des autres. Difficile de découvrir le Rhône, à moins d’avoir un bateau personnel, d’où l’intérêt de nos actions.

Alors pourquoi tout ce bruit autour de l’éventuelle construction d’un pont ?

Pourquoi le conseil général, s’engage dans une délibération de construction d’un pont, pour dans le même temps, financer (15 millions d’euros) un nouveau Bac ?

Quelques éléments d’explication : D’après Georges Herrera de l'association Salins-Commune ; le projet du pont est toujours d’actualité. Il est promis pour 2015. Pour mettre en service le nouveau bac fin 2010, un chenal de 15000m³ devra être creusé. C’est justement là que le bât blesse, puisque toujours d’après Mr Herrera, la pollution au PCB est présente dans les sédiments du fleuve et risque de toucher les parcs à moules, les tellines, les plagistes et le monde marin en général. Sans oublier que nous sommes proches du parc de Camargue. L’incompréhension dans cette histoire de « pont » est totale. Si l’acquisition d’un nouveau bac semble ne faire aucun doute dans l’esprit de Mr Floutier, la construction d’un pont pour 2015 est bien compromise.

C’est le 8 octobre 1933 que le premier Bac à chaîne fut inauguré à Salins de Giraud (Avant lui des bacs en bois faisaient la navette). Il permettait aux habitants de Salins de Giraud de se rendre dans l’Est des Bouches du Rhône et fut coulé à la fin de la guerre par des Allemands battant en retraite. Il faudra attendre 1955 pour qu’un navire, le Barcarin 2, relie les berges du Grand Rhône. La gestion du site sera concédée à la DDE.

En 1999, le Conseil Général, la Région PACA et la ville d’Arles décident de créer le Syndicat Mixte des Traversées du Delta du Rhône (SMTDR).

Mr Floutier Alain : La traversée est gratuite pour les riverains. Le président du syndicat mixte (structure dédiée à une activité) est Mr le maire d’Arles : Hervé Schiavetti. Quant à moi, je suis le directeur. Ici, à la direction, nous sommes 5 personnes. Sur le terrain nous avons 2 bacs, le bac de Barcarin à Salins de Giraud qui permet surtout aux riverains d’aller à Port Saint Louis et Fos. Le bac du Sauvage qui traverse le Petit Rhône relie gratuitement les Saintes-Maries de la Mer à Aigues Mortes ; C’est un petit bateau attaché par un câble.


Hervé Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine web gratuit - Rédaction : redaction@oeilpaca.fr - Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex