magazine oeil paca
magazine photo
Reportage : Châteauneuf-du-Pape
 
 
 
   

Châteauneuf-du-Pape

Reportage : Châteauneuf-du-Pape

 

Dans le Vaucluse (84) plusieurs AOC d'excellence se partagent le territoire des Côtes du Rhône :

Gigondas, Cairanne, Vacqueyras, Beaumes de Venise, Rasteau... Le Châteauneuf-du-Pape est le plus prestigieux, 3 173 hectares de vignes se déploient sur la quasi-totalité de la commune (ville de Châteaneuf-du-Pape) et sur quatre autres villes adjacentes (Bédarrides, Courthézon, Orange et Sorgues), pour une production totale en 2011, de 92 609 hectolitres, 94 % de rouge et 6 % de blanc. Le rendement moyen annuel est de 29 hectolitres par ha.

La crise produit de la main-d’œuvre

Les appellations d'origine contrôlée ont des spécificités dans leurs cahiers des charges. Pour le Châteauneuf-du Papes, la récolte doit être effectuée à la main.

En ces temps de crise qui perdure, le département attire la main-d’œuvre étrangère. Les viticulteurs Vauclusiens recrutent, pratiquement, 4000 vendangeurs chaque année. Depuis trois ans, les Espagnols réinvestissent le territoire en nombre, sans ne l’avoir jamais vraiment délaissé. Les contingents de Portugais et de Polonais sont également à la hausse. On estime que cette année la main-d’œuvre étrangère constituera plus de 50 % des effectifs. Chiffres à vérifier en fin de saison. La grande nouveauté réside dans le fait que les Français n’hésitent plus à mettre la main à la vigne.

photo Hervé Dols - All Rights Reserved -

Il y a déjà plus de cinq ans que le phénomène s’intensifie. Actuellement, en France chaque mois 1000 nouveaux demandeurs d'emploi s'inscrivent sur les listes de Pôle Emploi.

Les viticulteurs sont sollicités continuellement. Plus inquiétant, les personnes à la retraite postulent également.

Un peu d'histoire

Les Romains seraient les premiers à avoir planté des vignes sur ces terres. Vers 1160, un évêque d'Avignon, Geoffroy, cultivait son vignoble à Châteauneuf-du-Pape. Au quatorzième siècle, sous l'impulsion des Papes, les plantations du vignoble se généralisent. Le second Pape Avignonnais, Jean Vingt-Deux, ordonne la construction d'une résidence d'été à Chateauneuf-du-Pape. Au dix-septième siècle, le port de Roquemaure dans le Gard permet d'expédier « la Côste du Rhône » en Méditerranée. Pendant le moyen âge, vers 1650, une première réglementation intervient. Elle a pour but de garantir la qualité du vin. Environ 2000 hectolitres de Châteauneuf-du-Pape sont commercialisés hors du département du Vaucluse dès 1829.

En 1933 le Baron Le Roy, vigneron et propriétaire du Château Fortia à Châteauneuf-du-Pape, élabore la dénomination « Appellation d'Origine Contrôlée ». Il rédige un cahier des charges qui comprend : la délimitation de l'aire d'appellation, les cépages, les usages, les méthodes culturales, le degré alcoolique minimal, les vendanges. Ce cahier des charges est par la suite une base de travail pris en exemple pour toutes les créations d'AOC.

Cépage et Sol

Treize cépages sont autorisés par l'AOC. Les vignerons utilisent principalement : Le Grenache, le Cinsault pour leur chaleur et leur moelleux. Le Mourvèdre, la Syrah, le Muscardin apportent structure, couleur et fraîcheur. La Counoise rend vinosité, fraîcheur et bouquet.

Le sol est composé de dépôt calcaire urgonien. Les sédiments des sables sont recouverts par les argiles rouges. Le Rhône (fleuve), pendant des siècles, a aggloméré du quartzite et de la silice venus des Alpes, donnant naissance aux galets roulés. Ces galets ont la particularité d'emmagasiner l'énergie du soleil la journée et de la restituer pendant la nuit.

 

David Sanchez / david.sanchez@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine web gratuit - Rédaction : redaction@oeilpaca.fr - Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex