pub france info
   
| DIAPORAMA PHOTO CONSTANCE VERLUCA en live | SOMMAIRE numéro 3 |
Numéro 3
   

Constance Verluca

MUSIQUE : Constance Verluca

Constance Verluca est co-auteur, avec Julien Hirsinger, de son premier album « Adieu Pony » qu'elle enregistre à Paris et à Los Angeles.

Produit par Noah Georgeson (guitariste et producteur de Devendra Banhart et de Joanna Newsom), l’album est composé de douze chansons, sa sortie s’est faite en mai 2007. Elle est signée chez la Warner.

« Adieu Pony » ; le titre fait référence au groupe qu'elle avait fondé avec Julien Hirsinger.

Pour sa promotion, elle fait les premières parties des concerts de Miossec et fin 2007 elle entame une tournée à travers la France.

Hervé Dols : Tu es née en 1974 à Paris...

Constance Verluca : Oui, je suis une vraie petite fille du 16éme. J’ai vécu 17 ans dans le sud ouest de Paris et un petit peu dans le 7éme. Depuis que je ne vis plus avec mes parents, je me suis baladée dans le nord de Paris du côté de la Goutte d’Or et dans le 9éme que j’adore, sous Pigalle. Je me déplace à vélo, ça fait plus de quinze ans que je me déplace avec ma bicyclette. C’est génial et quand il fait froid tu te réchauffes vite, j’adore le vélo.

 

Constance Verluca / Photo Rv Dols©

Hervé Dols : Enfant, quelles étaient tes lectures ?

Constance Verluca : Très vite, vers douze ans, je voulais avoir l’air d’une grande intellectuelle, je lisais des bouquins super compliqués pour une petite fille de douze ans et je ne les comprenais pas mais j’étais super fière de dire que je les avais lus ; Caissel, Camus, Balzac, Proust, Boris Vian…De nos jours je ne lis presque plus, faute de temps. Je trouve génial cette période de l’adolescence où tu peux te nourrir de tout, j’allais au cinéma très souvent, j’écoutais de la musique religieusement, je dévorais des bouquins et maintenant j’ai juste l’impression de vivre sur mes acquis. Quand j’ai commencer la tournée avec Miossec, je me suis dit : c’est génial, je vais pouvoir recommencer à lire et en fait, en tournée, après le concert tu vas dans le bus avec tes potes ; prendre un livre et t’isoler c’est impossible.

Hervé Dols : Que faisaient tes parents?

Constance Verluca : Mon père était assureur et ma mère avocate. C’était un schéma de vie familiale très classique à Paris, avec un grand frère, une grande sœur et, dix ans après moi, un petit frère, c’était vraiment génial. Il est très nonchalant et il joue vraiment très bien de la guitare, il est un peu comme moi, ce n’est pas un grand travailleur mais je serais vraiment très heureuse qu’il vienne jouer avec moi sur scène. Je lui dis : Pierre, travailles les morceaux, ça serait bien qu’on fasse quelque chose ensemble. Mes parents ne sont pas musiciens, ils sont mélomanes, j’ai été bercée par les grands classiques de la musique européenne et mon père a appris l’accordéon pour mon mariage, il voulait me chanter une chanson. Il est devenu complètement accro. Depuis mon rêve est de me retrouver sur scène avec eux.

Hervé Dols : Tu as co-écrit un film avec Laurent Tuel, « Un jeu d’enfant » sorti en 2001...

Constance Verluca : Avec Laurent nous nous connaissons depuis très longtemps, un producteur l’a contacté pour faire une série de films fantastiques. Nous avions déjà commencé une histoire ensemble d’une façon informelle, nous avons continué pour ce projet.

Hervé Dols : Comptes-tu renouveler l’expérience ?

Constance Verluca : Ecoutes, tu sais quoi, l’envie vient avec un minimum de matière, mais il faut que quelque chose se produise. Si quelqu’un me téléphone en me disant ; ça serait rigolo de faire et que l’idée me plait, pourquoi pas. Mais je n’ai pas un désir particulier, ça se fait un peu tout seul.

Hervé Dols : Tu as écrit la totalité de l’album «  Adieu Pony » avec Julien Hirsinger, mais qui est-il ?

Constance Verluca : Ah, il est très mystérieux ce Julien (rire), écoutes on avait un ami en commun, nous écrivions chacun de notre côté et un jour nous nous sommes rencontrés à une soirée et nous nous sommes super bien entendus. Le lundi suivant il est passé à la maison, je lui ai montré ce que je faisais, çà lui à plut et notre association a débuté. Ce sont vraiment des textes écrits à quatre mains. Il faut souligner que ni lui ni moi ne sommes musiciens. Ce qui explique peut être pourquoi il n’est pas sur scène avec moi.

Hervé Dols : Cultives-tu l’anonymat ?

Constance Verluca : Non, je trouve qu’en général les présentations de chanteurs, acteurs ou autres, c’est toujours un peu chiant et personne n’est réellement exceptionnel et c’est dans la forme que ça peut devenir sympa ou pas. Sinon on est tous identiques, on travaille ou on ne travaille pas, on est des êtres humains qui se ressemblent tous, j’ai cette impression, après il y a la chance.

Hervé Dols : Depuis quelques années il y a beaucoup de chanteurs et chanteuses à textes, le public est demandeur ?

Constance Verluca : C’est vrai, il y en a partout et des femmes aussi, mais honnêtement je ne connais pas les attentes du public. Faire du texte en Français c’est une passion et un défi aussi, moi j’écoute exclusivement de la musique Anglo-saxonne. Bizarrement, je ne capte que deux trois mots et j’en fais ce que je veux, après il se trouve que la musique Anglo-saxonne a ma préférence.

Hervé Dols : J’ai le sentiment que tes textes sont un peu rugueux, alors que tu as l’air si douce.

Constance Verluca : C’est surtout une façon de parler d’une manière plus originale, j’exprime des thèmes comme l’amour, la haine, la jalousie, rien de bien extraordinaire en soit, donc il fallait apporter quelque chose de différent. Julien et moi nous aimons les petits trucs râpeux ou un peu croustillants, cela nous amuse. Quand on écrit avec Julien on ne se dit pas « tiens on va aborder ce sujet et on va provoquer » ce n’est pas du tout dans cette configuration. C’est un second degré qui est aussi le notre dans la vie. Je ne suis pas du tout sérieuse, sinon je m’ennuie. J’adore rire du matin au soir je cherche le truc ou la personne qui va me faire rire, c’est un peu ma quête.

 

Rv Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex