pub france info
   
| SOMMAIRE numéro 2 |
Numéro 2
   

Didier Boeuf

Art plastique : Didier Boeuf

Didier Boeuf a une démarche artistique conceptuelle. Par son travail il affirme son existence. Puisque son nom « Bœuf » est, son œuvre est son univers. Il se réclame d'une famille « Marcel Duchamp et Malevitch » pour ne citer qu'eux.

L'œil Paca.fr : Où peut-on situer votre travail ?

Didier Bœuf : Mon nom je le met toujours en avant, on crée ce petit rien, ce petit souffle, ensuite je crée comme vous allez voir. Je suis un promeneur. L'esthétique et l'émotion ne sont pas des notions avec lesquelles je travaille, pour moi, ce sont vraiment des superflus.

Je n'applique absolument pas ces données là à mon travail. Les choses peuvent se faire par hasard ou avec de la réflexion.

J'ai des perspectives de travaux, actuellement je travaille sur le « A », je ne sais pas encore si cela va être une vidéo, une performance ou un assemblage.

En faisant des études sur une seule lettre cela permet de faire des découvertes linguistiques ou les choses s'enchaînent, je suis dans le temps effectivement, mais il y a toujours ce filtre qui est mon nom, une lentille minimale déformante et signifiante.

L'œil Paca.fr : Ce Boeuf n'est-il pas un peu récurant ?

Photo Didier Boeuf©

Didier Bœuf : Bœuf est là, il sera toujours là, mais il n'est que l'attribut du sujet. C'est la place que j'ai trouvé pour m'installer dans la famille de l'art.

L'œil Paca.fr : Etes vous conscient de la difficulté d'appréhension de vos œuvres par le commun des mortels ?

Didier Bœuf : Pourquoi ne pas avoir le droit d'échafauder par les assemblages d'idées, des montages, des sculptures mentales. Une discussion peu s'engager et elle permet très souvent de synthétiser des pensées que l'on ne peut pas avoir seul. Comment faire comprendre, je serais obligé de passer par des symboles structurés qui permettent la compréhension.

Je déteste quand l'art conceptuel n'est qu'une démonstration graphique d'une situation. En tant que créateur j'ai choisi mon espace de travail.

L'œil Paca.fr : peut-on dire votre enclos ?

Didier Bœuf : Tout à fait, c'est ça, je ne l'avais pas encore employé, on entre dans cette relation du mot signifiant. L'œuvre m'attire quand elle a la possibilité de nous interroger sur ce qu'est le monde aujourd'hui ; il y a des peintures qui dépassent la peinture. La démarche personnelle est indispensable. L'esthétique est figé, l'esthétique est un objet mort vidé parce qu'il ne donne pas, l'esthétique est un poids monstrueux pour l'artiste. S'arrêter à l'esthétique, pour moi, c'est s'arrêter au milieu du chemin. C'est vraiment quelque chose qu'il faut dépasser. Le beau n'est pas révélateur de sens, n'est pas communiquant.

 

David / david@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex