| SOMMAIRE | Société : Fête Taurine et Corridas | Photos Fête Taurine Féria |
 

Société : Fêtes Taurines et Corridas

Il y a les Aficionados qui sont passionnés de corridas et les anti-corridas.

Leurs affrontements perdurent depuis des années.

Une réalité s’impose aux non-initiés ; Quand on assiste à une corrida, si le matador est un maestro et que les couleurs se mélangent à la beauté des gestes, l’aspect théâtral du spectacle est exacerbé. C’est indéniable.

Mais quand on n’est pas adepte de Tauromachie, au moment de la mise à mort du taureau, l’acte semble s’apparenter à des temps révolus.

L’héritage des Arènes construites par les Romains ? Ou plus exactement par leurs esclaves

Ces lieux furent édifiés pour diffuser le spectacle de la cruauté baignant de sang. Le peuple raffolait des jeux et s’y rendait en famille. Mais c’était bien avant que Jésus ne crie sa souffrance de naissance au reste du monde. L’empereur Constantin 1er mit un terme à ces pratiques au quatrième siècle, elles ne furent véritablement abolies qu’un siècle plus tard.

Comme bien souvent en Europe, les lois trouvent des échappatoires quand des biens économiques sont liés. Il me semble utile de souligner ce qui suit :

Les traités et les règlements de l’Union Européenne contiennent des lois de protection des animaux. Pour la France, l’article 521-1 du code pénal définit le statut juridique des Corridas. Mais l’alinéa 3 rend l’alinéa 1 inapplicable.

Alinéa 1 : Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Alinéa 3 : Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie.

Le taureau est un mammifère, son système nerveux peut être comparé à celui des hommes. Les vétérinaires s’accordent pour admettre que les blessures infligées aux taureaux engendrent des souffrances incontestables.

Mais alors, pourquoi les hommes continuent à perpétuer ces coutumes venues du fond des âges ?

L’une des réponses réside dans les retombées économiques que génèrent les fêtes taurines et les Corridas. Les Manades et les éleveurs de taureaux de combat auraient de réels soucis de survie sans les corridas et fêtes taurines. Pour les villes et les commerçants en particulier ; les hôtels, les restaurants, les bars et bodegas, la manne est réelle. A titre d’exemple, la Féria du Riz (ce n’est pas la plus prestigieuse) d’Arles qui s’est tenue les 11, 12, et 13 septembre 2009 a attiré environ 150 000 visiteurs et un peu plus d’une personne sur dix a assisté aux Corridas. La grande majorité du public n’est présente que pour participer aux lâchers de Taureaux dans les rues, les abrivados et autres bandidos. Les jeunes aiment à se confondre avec la bravoure des Taureaux. Sans oublier les traditionnelles beuveries.

Il y a une réelle ferveur culturelle et sociale autour du taureau dans les municipalités qui organisent ces manifestations.

Les anti-Corridas, qui s’opposent parfois avec virulence, mettent en avant la souffrance des taureaux, ce qui est d’ailleurs incontestable. Mais aussi le fait d’inciter des animaux innocents à la haine en leurs infligeant des douleurs dont la finalité est la mort en public.

Depuis le 17e siècle au Portugal, la mise à mort est interdite. Le picador est aussi exclu des arènes. C’est la Corrida à cheval qui est la plus répandue. La mise à mort est substituée par la pega. Le taureau est abattu à l’abattoir.

Pourquoi ne pas prendre exemple sur la corrida Portugaise ? Ce qui parait être un compromis équitable aux novices reste inenvisageable pour les Aficionados. Le combat semble ne pas avoir de fin et, seule une mise à mort pourrait en être l’issue.

 

Lionel - lionel@oeilpaca.fr

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex