| SOMMAIRE numéro 17 |
Numéro 17
   

Fleur

Musique : Fleur

Fleur, c’est son prénom. Après avoir traîné ses racines sur les scènes Savoyardes elle débarque en Avignon. Elle se fait remarquer dans des tremplins, notamment au feu Grenier à Sons (Cavaillon 84) et à la gare de Coustellet (Maubec 84). A l’époque elle joue seule, histoire d’indépendance et de liberté.

Au début de sa vie (elle avait 8 ans), Fleur prit des cours de musique avec une guitare pour instrument. Elle décide de sortir du classique pour ses 13 ans.

« Pourtant, j’avais un prof que j’appréciais énormément. J’ai abandonné le solfège, le classique c’était beaucoup trop contraignant pour moi. Ce n’est qu’à l’âge de 19 ans que j’ai retouché une guitare. Elle était un support pour mes textes ».

Ses textes proviennent de son journal intime. Forcément, nous sommes dans l’autobiographie.

« Toutes mes histoires du départ, mes histoires d’amour à la con, c’est du vécu, du concret, il n’y a pas de poésie dans ces textes, c’est plus un mal-être, une tristesse au jour le jour, voir une mélancolie ».

Sur son myspace (www.myspace.com/flawaoh), elle n’hésite pas à affirmer que tous les mecs sont des salauds. Vous comprenez aisément mon désappointement face à une sincérité qui coïncide avec l’âge des premiers émois. Là où l’homme, cet animal cruel, n’à que pour seuls désirs l’expression de ses hormones pour cueillir la jeune fille en fleur.

Fleur / photo Rv Dols

« Sauf Nico, mon percussionniste. C’est un peu facile peut-être, je le reconnais. Il y a quelque temps j’ai fait une tournée, elle s’appelait le Tour de chauffe, suite à un tremplin. J’avais soumis cette bio à la promo. Ils m’ont demandé de changer les mots. Cela reste du second degré ».

Les morceaux s’accumulent dans ses tiroirs. Pourtant le choix de l’enregistrement du premier cd s’arrête sur un quatre titres.

« Au début, Le Grenier à Sons m’a soutenu. Ils m’ont aidé à faire le maxi. Malheureusement ils n’existent plus aujourd’hui. C’est d’ailleurs sur l’enregistrement du quatre titres que j’ai connu Thomas. Il intervenait en tant que guitariste. Nicolas est venu ajouter sa batterie et Axel sa basse. Mais actuellement sur scène nous évoluons en trio, en principe, avec Fred à la basse, Thomas à la guitare et moi-même.

Un cd 10 /12 titres ça se fait avec un peu de bouteille. Les morceaux doivent se bonifier avec le temps. Au début j’étais toute seule. Maintenant nous sommes trois. Thomas apporte le côté mélodie qui reste très important. Nico a évolué dans pas mal de groupes, notamment Makali donc, forcément, lui aussi donne de sa personnalité à la musique. Quand Thomas galère pour faire la musique, c’est tout simplement que les chansons ne sont pas finies. A la base, c’est moi qui était un peu trop légère aux compositions ».

Sur le site communautaire, Noomiz, Fleur est restée classée quatrième au top 100 pendant trois mois.

« Cela m’a permis de pouvoir rencontrer Guillaume Dépagne, directeur artistique chez AZ et Chrisalis aussi. Mais ils m’ont plus découragée qu’autre chose. Je reconnais que le projet n’est pas bien défini actuellement. J’étais seule sur scène, nous sommes trois aujourd’hui. Beaucoup de mes compositions actuelles datent ou n’en sont qu’à l’étape d’ébauche. Je ne sais pas si c’est la bonne période pour moi, soit cela arrive trop tôt… ou trop tard ».

 

Rv Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex