| SOMMAIRE | Art / contemporain / plastique : Jc Giacottino | Diaporama oeuvres de Giacottino |
 

Art / contemporain / plastique : Jean Christophe Giacottino

Le point par point « Dotwork » (technique également utilisée pour le tatouage) recouvre sa première pièce aboutie, elle date de 1995. Jean-Christophe est déjà dans l’improvisation, aucun concept. Son support est disposé au sol. Quatre mois de travail à genoux sont nécessaires pour venir à bout de cet assemblage de points. Sa recherche artistique serait-elle insidieusement liée au spirituel ?

Après une expérience infructueuse dans la musique, pour lui c’est le retour aux sources. Son cursus dans le dessin l’autorise peut-être à se retrancher dans la création. Il porte cela en lui, il désire l’explorer et débute son travail d’introspection. Le Dotwork s’avère trop long, Jean-Christophe veut gagner en vitesse.

Ses connaissances en histoire de l’art et son attirance pour le travail de Jackson Pollock, contribuent à son appropriation de la technique du dripping (en art plastique le dripping est une superposition de plusieurs couleurs de même spectre). Il mélange le dripping avec des écritures sémantiques, avec des couleurs et des matières. L’abstrait prédomine, l’imagination dicte ses gestes, Jean Christophe assume son refus de reproduction. Les supports qu’il utilise sont encore conventionnels. Ce ne sont pas forcément des toiles, mais les formats et gabarits font encore illusion.

Jean Christophe décide d’intervenir sur la matière et plus exactement d’adapter ses futurs supports à la création. L’utilisation de la scie sauteuse est une évidence.

Photo Iwono Altmajer ©

Il découpe du contreplaqué en bois, à l’image d’un puzzle. Les assemblages pour une seule pièce sont multiples (Dripp Puzzles des œuvres sous forme de puzzles modulables). Les techniques de peinture dripping et écriture se répandent sur le support qui fusionne avec l'œuvre.

L’envie de diffuser son travail, en empruntant d’autres chemins que celui de la traditionnelle exposition, l’aiguille sur les sentiers du numérique. Pour le créateur, la suite de ses recherches se fait désormais à l’aide d’un appareil photo, il isole une partie d’un de ses tableaux et avec un pc et un logiciel photo il se promène dans son imaginaire.

Le numérique vient s’inscrire tel un médium. Son travail se décline en mosaïques qu’il duplique à l’infini. La phase finale est l’impression, elle peut trouver refuge sur les panneaux plastiques, les panneaux aluminium ou le traditionnel tirage.

 

David Sanchez david.sanchez@oeilpaca.fr

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex