pub france info
   
| MUSIQUE : Live Report IZIA | PHOTOGRAPHIE LIVE IZIA | SOMMAIRE |
Numéro 19
   

photo Rv Dols

MUSIQUE : IZIA

Début 2010, j'ai rencontré IZIA au Passager du Zinc en Avignon. Interview, photographie, le tout en 30 minutes (n°13 de L'Oeil). Le soir pendant le concert, comme tout le monde, j'ai ressenti l'énorme potentiel scénique de la jeune artiste. Pour avoir vu son père, Jacques Higelin, en concert à plusieurs reprises au cours des trois dernières décennies, la comparaison est sans ambiguïté. Les mêmes traces de frénésie ponctuent leurs caractères ; sans vouloir être péjoratif, évidemment.

Janvier 2012, Izia était en résidence dans l'excellente salle de l'Usine à Istres. Le vendredi soir, un concert venait ponctuer cette semaine de travail. Premier live d'une tournée qui sera longue. L'appel de la sirène était plus fort que tout, nous étions obligés d'être présents à la date de ce début d'année.

Accompagné par Héléna et Léa, les deux petites stagiaires de L'oeil, toutes deux en short et bas résille de circonstance, nous attendions impatiemment le phénomène.

La salle était pleine. Juste avant son arrivée sur scène, je m'installe dans la fosse qui sépare le photographe du public. Dans l'obscurité, Izia vient prendre place entre deux tambours, le dos tourné à la foule.

Les premiers battements annoncent la couleur ; avec détermination, Izia expulse de son corps une vigueur qui se répand sur la foule. Très vite suivies par une rythmique basse batterie déchirante, les deux guitares soutiennent la furie d' Izia.

photo Rv Dols©

La musique a une place prédominante dans le projet Izia. Les jeunes groupes n'ont pas cette maturité dans leurs jeux. La symbiose de la jeunesse et de l’expérience est l'une des clefs de la réussite.

Pour ce nouveau set, des moments de répit sont aménagés, à l'image de ce que fait son père assis derrière un piano. Izia est hyperactive, avec l'insouciance de ses 22 ans elle trépigne sur place pour transformer chaque seconde en puissance.

Après plus d'une demi-heure d'assaut, Izia interrompt l'éruption Rock. « Putain, j'ai failli m'évanouir, je vous demande de m'excuser, c'est une reprise pour moi, mon corps me lâche, il a oublié comment je faisais avant. Putain, c'est trop dur. Je vais être obligée de calmer le jeu, si vous voulez voir la fin...», lance-t-elle à la foule.

En effet, elle calme le jeu, prévu ou pas, elle se fait apporter une paire de ciseaux pour couper une mèche de cheveux à Seb, son guitariste.

Le spectacle reprend, moins bondissant, mais toujours aussi saisissant. De toute façon, le public est hypnotisé depuis déjà de longues minutes. Izia m'évoque son père dans certains gestes d'agacement, elle semble se débattre avec les fils de ses micros. Je sais, arrêtons de comparer… Pour moi, les similitudes sont flagrantes ce soir-là.

Après trois rappels ponctués par des jets de micro au sol, Izia n'oublie pas de s'excuser « Je suis vraiment désolée, mais nous ne sommes pas encore au point, il va falloir encore travailler... ». De toute façon, les spectateurs sont prédisposés à tout lui pardonner.

Pour le dernier morceau du spectacle, elle est seule, assise derrière son piano, le corps enfin apaisé, les cheveux tombant sur son visage fatigué. Sa voix qui se propage sur l'auditoire signifie sa rage, sa passion, son talent, sa filiation. Dans un dernier geste d'humeur elle se lève brusquement et fait tomber le piano sur le sol. Izia est en tournée en France, à voir absolument sur scène.

 

Rv Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex