magazine oeil paca
magazine photo
       
     
  Société : Le front national à Le Pontet (Vaucluse)  
     
 
Mairie de Le Pontet
 
 
Photographies réalisées par Laetita Jouve All Rights Reserved / Tous droits réservés Copyright Laetitia Jouve©
 

Dans la commune de Le Pontet, Monsieur Joris Hébrard, nouveau Maire Front National, a commencé son mandat de bien belle façon. D'après l'édile, la Mairie de Le Pontet doit faire des économies.

Pour ce faire, il supprime la gratuité de la cantine scolaire accordée aux familles les plus démunies. Mr Joris Hébrard précise toute la nécessité de responsabiliser les parents afin que ceux-ci comprennent que tout n'est pas gratuit.

Mr Joris Hébrard poursuit son plan économique en faisant voter en mai 2014, par son conseil municipal, une augmentation de son salaire de 44 %. Ses indemnités passent de 2535 euros à 3227 euros mensuels.

La Préfecture du Vaucluse

La Préfecture insiste sur le point du code général des collectivités territoriales ci-après : pour une ville de 15.000 habitants, ce qui est le cas de Le Pontet (17 000), les indemnités du Maire ne peuvent excéder 65 % du montant correspondant à l'indice terminal de l'échelle de la rémunération de la fonction publique, en l'espèce 2470,95 euros.

Monsieur Joris Hébrard affirmait en juin 2014 qu'il ne s’était pas augmenté mais que la rémunération de son prédécesseur était « anormalement basse, on est donc revenu à une indemnité normale ».

Pour justifier cette augmentation, il indique qu’en devenant Maire, il perd la moitié de ses revenus. Mr Hébrard explique qu'il ne pouvait plus exercer sa profession de kinésithérapeute en plein temps. Ce qui est d'ailleurs peut-être vrai.

L’intervention de la Préfecture aurait contraint Mr Joris Hébrard de revoir à la baisse ses indemnités et celles de ses adjoints. Le revenu du Maire serait retombé à 2535 euros mensuels.

Nous pouvons aisément penser

Apparemment, personne n'a contraint Mr Joris Hébrard à se présenter à l'élection municipale. S’il perd une partie de ses revenus, cela ne tient qu'à lui. Assumer ses actes quand on est le premier magistrat d'une ville est une nécessité. On ne peut se permettre de faire endosser les conséquences de ses choix à une tierce personne.

Enlever le pain de la bouche d'enfants démunis pour solder son propre compte semble incongru.

L'incohérence des propos tenus par Mr Joris Hébrard pour se dépêtrer d'une situation inopportune est peut-être une maladresse. À la décharge de Mr Joris Hébrard, il faut avouer que tous les regards sont braqués sur lui. On peut concéder à celui-ci que l’apprentissage du pouvoir sera pour lui bien plus délicat que pour bon nombre de ses confrères qui ne portent pas l'étiquette Front National.

L'erreur est humaine et une faute avouée est à demi pardonnée. La sincérité est une vertu oubliée des politiques. Ne serait-il pas envisageable de porter l'espérance à son paroxysme, avec un comportement tout simplement plus humaniste ?


Texte de David Sanchez / david@oeilpaca.fr - Photographie de Laetitia Jouve / laetitia.jouve@oeilpaca.fr

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine web gratuit - Rédaction : redaction@oeilpaca.fr - Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex