| SOMMAIRE | Les Ânes des Abeilles | Photographies Tatiana et les Ânes |
 

Rencontre : Les Ânes des abeilles

C’est une ferme qui fait partie du réseau international WWOOF. Les wwoofers peuvent être des étudiants, des gens intéressés par l’agriculture bio, mais aussi des gens qui voyagent et recherchent les contacts humains en occultant volontairement les rapports marchands. Ces fermes bios reçoivent un ou plusieurs wwoofers et, en échange du gîte et du couvert, le wwoofer effectue chaque jour quatre heures de travail.

La ferme « Les Ânes des Abeilles » se situe du côté sud du Mont Ventoux (Vaucluse). Après Carpentras, Mazan puis Villes sur Auzon, prendre la direction Sault. Juste avant le col des Abeilles, prendre à votre droite « la Gabelle ».

Deux kilomètres plus loin vous tomberez sur cette petite ferme pittoresque. Quatre chiens très sociables se chargent de vous accueillir, apparemment heureux de votre venue. Les chats sont plus discrets, mais bien présents. L’arche des Abeilles est un lieu qui sent bon la vie.

En 1984, une jeune Italienne, passionnée par la nature et les animaux, s’installe au pied du géant de Provence. Dans un premier temps, Tatiana élève un troupeau de chèvres et fabrique du fromage.

Quelques années plus tard, les directives Européennes imposent la mise aux normes. Investir dans un laboratoire reste problématique. Du point de vue financier, c’est très onéreux. Le fait que Tatiana ne soit que locataire des lieux est aussi un obstacle.

Quelques temps auparavant, des clients de passage mettent la jeune femme sur la piste des ânes en lui expliquant avoir randonné avec des baudets.

C’est en 1996 que Tatiana décide d’acquérir son premier âne. Elle va le chercher avec son camion dans les Cévennes. Depuis une douzaine d’hivers Tatiana a forgé des liens plus qu’affectifs avec « Bruno » et le reste de son troupeau. Il suffit de la voir évoluer avec ses animaux pour comprendre.

Tatiana a parcouru avec ses ânes tous les GR et chemins qu’elle propose à ses clients, petites et grandes randonnées. Reconnaître les parcours est une nécessité. Se rendre compte de visu si les ânes peuvent ou pas emprunter certains chemins. Elle m’explique que contrairement à ce que l’on croit généralement, si un âne ne veut pas avancer ce n’est pas par paresse ou mauvaise humeur, mais tout simplement parce qu’il a la capacité d’évaluer le danger.

Du mois d’avril au mois de novembre, les randonneurs se succèdent. Mais il faut bien prendre conscience qu’une randonnée avec bivouac ou la nuit en gîte, d’une semaine ou d’une dizaine de jours, se prépare en amont. Un minimum de sérieux permet de passer des moments formidables et inoubliables.

Les « ânes randonneurs » de Tatiana sont des hongres, ils sont calmes et costauds. Néanmoins, avant chaque départ, Tatiana passe de 1 à 2 heures pour expliquer à ses clients comment randonner avec un âne.

Tatiana diversifie ses activités, toujours autour et avec ses amis baudets.

Le Mont Ventoux est très sec l’été. Les feux sont des catastrophes écologiques. Les propriétaires ont l’obligation de débroussailler. L’âne peut être une alternative écologique. C’est pour cela que Tatiana a décidé d’élever des ânes d’une petite taille. Elle les vend obligatoirement par deux car l’âne vit difficilement dans la solitude.

Tatiana envisage aussi de proposer un service de location d’ânes. Il y a beaucoup de résidences secondaires donc, par définition, les gens ne sont présents sur le site que pour les vacances ; Les amis de Tatiana ont l’avantage de pouvoir débroussailler toute l’année.

Le site web des Ânes des Abeilles ; http://www.ane-et-rando.com/abeilles/index.html

 

Par Rv Dols herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex