| DIAPORAMA PHOTO OGRES de Barback en live | SOMMAIRE numéro 4 |
Numéro 4
   

Les Ogres de Barback

MUSIQUE : Les Ogres de Barback

Loin du format dicté par la profession et du style que certains voulaient leur imposer, les Ogres de Barback en 13 ans d’existence ont collaboré avec : K2R Riddim, Debout sur le Zinc, Les Hurlements d'Léo, Pierre Perret, Tryo, La Rue Kétanou, Sanseverino, Fanch, les frères Amokrane de Zebda, les Fabulous Trobadors, Massilia Sound System, La Tropa, Weepers Circus, Loïc Lantoine…

Il y eu ce projet nommé Latcho Drom, un chapiteau itinérant qui tourna en Europe avec des groupes comme les Hurlements de Léo et bien d’autres. Ils en sont déjà à leur dixième album : Rue du Temps, Irfan, le Héros, Fausses notes & Repris de justesse, Croc'Noces, Un Air Deux Familles, La pittoresque histoire de Pitt'ocha, Terrain vague, Les Ogres de Barback et la Fanfare du Belgistant, Avril et vous, et le dernier opus Du simple au néant.

Les Ogres de Barback / Photo Rv Dols©

Les Ogres ce sont deux frères et deux sœurs : Sam 33 ans, Fred 32 ans, Alice et Mathilde 29 ans. La qualité de leurs travaux musicaux les précède, la réputation des aventuriers chansonniers attire les foules à chaque prestation, et le public ne s’y trompe pas. A leurs débuts en 1994, ils faisaient plus de 100 concerts par an en passant du café-concert au bistro et par les plus grandes salles…. Les Ogres se sont un peu calmé, ils se produisent 70 à 80 fois par an. Une multitude d’instruments se succèdent dans leur spectacle.

Fred Burguière : chant mais aussi à l’accordéon, trombone, guitares, contrebasse

Sam Burguière ; violon, trompette, guitares, bugle, épinette des Vosges...

Alice Burguière ; violoncelle, contrebasse, scie musicale, trombone, guitare, accordéon...

Mathilde Burguière ; piano, tuba, flûte traversière, clarinette, choeur, guitare, accordéon...

Une multitude de diffusions live qui pourrait se calmer, en effet les deux sœurs jumelles Alice et Mathilde sont à un stade avancé de grossesse. La maternité pourrait bien les obliger à un repos mérité.

L’Oeil Paca.fr : Salut à toi Fred… je vais te citer des mots que j’ai noté en écoutant le dernier album des Ogres. Tu me diras ce qu’ils évoquent pour toi.

Fred : Salut à toi, c’est une reprise des Béruriers Noirs, on la chante ce soir.

L’Oeil Paca.fr : Naissance

Fred : Ca évoque tout de suite la naissance de mes enfants, et puis c’est un grand moment dans notre vie de musiciens à tous les quatre puisque l’on a tous des enfants maintenant. Je trouve que c’est une renaissance pour le groupe, on voie les choses différemment, on a tracé comme des bourrins pendant huit, neuf ans, depuis que nous avons des enfants une vision différente s’installe, les concerts, les tournées, et tout ce qu’on engage dans nos vies d’artistes.

L’Oeil Paca.fr : Ennui

Fred : Après les balances juste avant le concert, vers 18 h on se fait chier, parfois on va se balader, selon les dates on attend trois heures.

L’Oeil Paca.fr : Intolérance

Fred : Intolérance, c’est ce qu’on a l’impression de vivre en ce moment, nous sommes engagés avec le réseau Education Sans Frontière, on peut voir des enfants mis en centre de rétention, séparés de leurs parents pendant plusieurs jours, c’est inadmissible, c’est de l’inhumanité, je trouve que c’est très intolérant.

L’Oeil Paca.fr : Blasé

Fred : Tu fais allusion à con et blasé. C’était un petit clin d’œil à quelques connaissances. C’est dur d’avoir de l’espoir, nous ne passons pas nos journées dans l’engagement, mais nous y sommes attachés, nous avons beaucoup de connaissances dans l’associatif, l’engagement et blasés, c’est ce qu’ils commencent à être. Ils ne voient plus le bout et ça devient de plus en plus dur.

L’Oeil Paca.fr : Chagrin

Fred : Ecoutes, bizarrement pas beaucoup de chagrin.

L’Oeil Paca.fr : Survivre

Fred : Pour nous c’était survivre dans cette espèce de jungle musicale où tout le monde vient te dire, il faut faire comme ci, il faut faire comme ça, et puis il faut aller ici, il faut aller là, et puis si tu fais pas comme ça tu sera pas comme ci, etc. etc. etc. Nous, quinze ans après, on est bien contents d’avoir survécu à tous ces bla-bla. Nous avons toujours gardé la même ligne de conduite, nous sommes restés sur le même chemin sans changer de philosophie, c’est aussi ce qui constitue l’identité des Ogres.

L’Oeil Paca.fr : Scène

Fred : Scène, toute notre vie. Justement on a choisi d’être un groupe de scène avant tout. Nous avons plus de mille trois cent concerts au compteur et puis, toujours pas blasés justement, puisque nous l’évoquions tout à l’heure. Il y a toujours cette envie mélangée de plaisir. Je pense que nous avons su nous renouveler, faire du chapiteau, faire de la rue, des scènes de théâtre avec un public assis, des scènes Rock’n Roll, des festivals d’été, des tournées à l’étranger et à ce jour, tous les quatre on se voie bien continuer des années encore sur scène.

L’Oeil Paca.fr : Nostalgie

Fred : Oui, ce n’est pas vraiment dans la nostalgie, aujourd’hui nous avons un certain confort et tant mieux, nous ne pourrions plus vivre comme les cinq ou six premières années. Mais c’est vrai que le côté « on dort chez l’habitant, on rencontre des gens », c’était différent. Il y avait aussi le côté «  neuf dans une camionnette à faire 500 kilomètres entre chaque concert, jouer à Marseille un jour et le lendemain à Brest ». C'est-à-dire pas du tout programmé comme il faut. Du coup, le côté aventure était très présent, les pannes à répétition du camion et tout ce qui va autour. Maintenant il y a ça en moins, ça reste quand même un plaisir, mais c’est moins folklorique. C’étaient de bons moments qui vont avec l’âge et puis ça fait du bien de pouvoir dormir de temps en temps. Surtout avec les enfants.

L’Oeil Paca.fr : Dissidence

Fred : On a su justement faire attention à tous ceux qui voulaient nous attirer sur des chemins qui n’étaient pas les nôtres. Entre autres, tout faire pour passer le plus à la télé, ça nous ressemblait pas, c’était pas nous. Donc on ne s’est jamais soumis à l’autorité d’une puissance, en cela on peut dire que nous avons évité les chemins de la dissidence.

L’Oeil Paca.fr : Religion

Fred : La religion des Ogres elle est simple, ne pas être emmerdants pour les autres et du coup, on aime bien quand les autres nous font pas chier.

L’Oeil Paca.fr : Gouvernement

Fred : Le grand débat en ce moment chez les Ogres, on se dit comment on va pouvoir se défaire de ce gouvernement, c’est très mal barré. L’impression d’assister à un théâtre politico comique au niveau de la presse et quelque chose de très triste sur le terrain, le gouvernement en ce moment c’est le cauchemar.

L’Oeil Paca.fr : Finance

Fred : La finance des Ogres c’est très simple, tout se fait par la scène. Aujourd’hui nous vivons de la scène, même si cela reste de la passion, notre métier c’est la scène. L’économie de notre disque est très fragile, 40 000 mille exemplaires vendus, tout est basé sur la scène, c’est notre salaire. Si on vend pas de disques, on fait plus de disques, par contre la scène on n’arrêtera pas.

L’Oeil Paca.fr : Mort

Fred : Le plus tard possible pour profiter de la scène.

 

Hervé Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex