| SOMMAIRE | Interview : Luke | PHOTOS live Luke |
 

Rock Français : LUKE " d'Autre Part "

Depuis septembre 2007, c’est la seconde fois que L’œil paca.fr rend visite au groupe Parisien Luke. C’est l’album « d’Autre part », sorti le 15 février 2010, qui a motivé notre envie de contact mais aussi le fait que Luke soit l’un des groupes majeurs du Rock Français. Il est indéniable que cet opus marque une véritable évolution, peut-être stimulée insidieusement par la maturité, dans l’univers de Luke.

LUKE : Quand nous avons fait « d’Autre part », en aucun moment nous avons évoqué ou pensé aux arrangements pour le live. Nous avons fait une maquette très précise, ce qui est un véritable changement par rapport aux derniers albums, notamment « Aux enfants de Saturnes » qui lui, a été conçu dans le but de restituer l’énergie live.

Rv Dols : Il semble indéniable que les deux morceaux qui figurent sur la Tête en arrière, « La sentinelle » et « Solédad », ont enfermé le groupe dans un tiroir énergique.

LUKE : Nous sommes un groupe de Rock et la mémoire des gens a plus facilement retenu ce fantasme de groupe bruyant, voir limite vacarme. Pourtant, depuis le premier album, nous alternons les morceaux énergiques et les morceaux plus calmes.

Rv Dols : Les textes, eux aussi, apportent une certaine innovation du fait que l’auditeur se retrouve embarqué dans de véritables petites histoires.

LUKE : Il y a une authentique remise en question en ce qui concerne la méthode d’écriture.

Là aussi, l’appréhension de se faire enfermer dans le cliché du chanteur de Rock revendicatif, en colère, voir énervé, a suscité ce désir d’observer et de raconter des histoires.

Rv Dols : Cette étiquette de groupe énervé a-t-elle fait de LUKE un robot ?

LUKE : Évidemment c’est un peu ça, à un moment donné il y a eu ce raz le bol de ce gros cliché Rock Français revendicatif, avec les grosses guitares, qui te cloître et te restreint. L’envie de prendre ses distances, mais ce ne sont pas non plus des préjugés. On ne s’est pas dit : on va faire telle ou telle chose, pour telles ou telles raisons. C’est plus une réaction qui nous permet de prendre un peu d’air frais, en changeant le processus qui intervient dans nos créations.

Rv Dols : Est-ce pour éviter de tomber dans le prosélytisme que vous vous servez d’un maton pour vous interroger sur le bien et le mal ?

LUKE : C’est l’une des raisons, il faut aussi laisser les portes ouvertes aux auditeurs. Je suis toujours réticent à donner des explications précises aux textes, même si les chansons ont une certaine signification. Laisser vivre l’équivoque me semble être un bon compromis. Les textes « d’Autre part » sont les plus sombres de Luke, jusqu’à présent. Le fait d’avoir une musique qui est moins dans la puissance, moins dans la tension, moins dans le drame, favorise également cette écriture particulière.

Rv Dols : Fatalement les jeunes qui arrivent vont, de près ou de loin, prendre Luke comme l’une des références Rock Français ; N’y a-t-il pas des chemins à débroussailler pour les inciter à s’investir dans diverses directions ?

LUKE : Si nous avons inspiré des gens, c’est superbe. En tout cas Luke ne se sent pas investi d’une mission. L’élaboration du dernier album s’est faite pierre par pierre, jour par jour, sans avoir à aucun moment envisagé la construction d’un édifice quelconque.

 

Propos recueillis par Rv Dols herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex