| Reportage / randonnée : Sur les chemins de Marcel | Diaporama randonnée 1 | Diaporama randonnée 2 | SOMMAIRE |
Numéro 20
   

Reportage / randonnée : Sur les chemins de Marcel Pagnol

Nous sommes à l’entrée de La Treille, dans le 11ème arrondissement de Marseille. Des panneaux indiquent aux randonneurs l'obligation de garer leurs véhicules, ici, à cheval sur les trottoirs.

Nous traversons à pied le village et continuons jusqu'au chemin des Passe-temps (nord), qui nous permet de rejoindre le col d'Aubignane (332m). Le temps se couvre et devient menaçant. Dans nos sacs à dos, nos capes sont prêtes à être déployées. Un vent tourbillonnant nous pousse à fermer nos polaires. Nous sommes confiants, la météo nous a annoncé un temps propice pour l'après-midi.

Après un détour par la ferme d’Angèle, nous avançons sur une piste empierrée qui monte en direction du Garlaban (nord-est).

photo Rv Dols©

Sur notre gauche, les collines. En contrebas, nous pouvons admirer la grotte de Manon et le vallon du passe-temps où Marcel Pagnol situe les faits de chasse de son père (la gloire de mon père).

Par endroits, la garrigue fait place à des « lacs » de thym en fleur. Arrivés au col du Garlaban (628 m), nous faisons une petite pause agrémentée de quelques fruits secs et d'eau minérale.

Nous poursuivons notre progression vers le nord en direction du Plan de l'Aigle. De part et d'autre, des points d'eau pour les animaux persistent. Les traces et les excréments dans la boue, qui entourent l'eau stagnante, laissent à penser que les lieux sont fréquentés par la faune sauvage. Nous faisons attention de ne pas manquer un petit cairn à gauche, indiquant le sentier qui nous descend dans le vallon des Piches.

Trois heures de marche plus loin, nous voilà rendus au puits du Mûrier. À proximité de celui-ci, sous de grands pins, il y a une petite clairière à l'ombre et à l'abri du vent. Nous décidons de manger là.

Après le repas, nous repartons en direction de la Baume de Sourne. Une petite visite s'impose dans cette immense grotte sombre où Pagnol filma Manon des sources.

Au point 624, nous montons sud-ouest. Nous voilà sur l'avant-dernière terrasse qui surmonte de quelques mètres le plateau de garrigue où se trouve la barre des Taoumés. Nous arrivons devant l'entrée de la grotte du Gros Hibou. Elle est immanquable, sur la roche une horrible peinture remplace la plaque vandalisée. L'étroite porte naturelle est en forme de triangle, sa largeur ne dépasse pas le mètre.

Pour s'introduire à l'intérieur, il faut déposer nos sacs. Ce passage exigu sous le Taoumé aboutit sur l'autre versant. Si l’entrée est très étroite, la sortie est très pentue et donne sur un gros rocher qui, 20 mètres plus bas, évoque sans mal le fameux Hibou de Marcel et Lili. À nos pieds, le Vallon du Jardinier mais la pinède a disparu. Les deux hautes gorges de Passe-temps plongent entre deux plateaux désertiques comme au siècle dernier. À droite et presque à notre hauteur, la plaine en pente du Taoumé ressuscite les mots de Marcel Pagnol

Nous contournons le pic du Taoumé et rejoignons les membres de l'équipe restés auprès des sacs. Nous descendons vers le Pas du Loup, puis Tête Ronde. Le soleil chauffe les pierres. Après les pluies d'avril, une multitude de fleurs explose. Sur notre passage, les romarins embaument la fin de la randonnée.

Par une étroite rue goudronnée, nous arrivons dans le hameau des Bellons. Il est situé non pas sur la commune de La Treille, mais sur celle d'Allauch.

Nous passons devant la Bastide Neuve (maison de vacances des parents de Marcel), la maison natale de Lili, la « La Pasqualine » (jolie villa louée par Pagnol et où il aimait écrire).

Décédé le 18 avril 1974 à l'âge de 79 ans, Marcel Pagnol est enterré dans le cimetière de La Treille

Carte IGN 3245 ET

 

Par Lionel / lionel@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex