| SOMMAIRE | Témoignage : trois questions à Maxime |
 

Témoignage : trois questions à Maxime

Depuis le début de cette rubrique, nous posons trois questions à Monsieur ou Madame tout le monde ; Cela nous permet de prendre conscience des réalités de la rue.

Pour le n°11, nous sommes allés à Marseille rencontrer Maxime, 44 ans et père de deux enfants.

Nos trois questions se sont transformées en quatre questions. Le moins que l’on puisse dire c’est que Maxime a une perception des choses qui lui est personnelle et qui ne reflète pas forcément nos opinions. Mais nous comprenons sans peine que son vécu exacerbe sa susceptibilité.

L’œil paca.fr : Que penses-tu de la politique ?

Maxime : Pas grand-chose. A vrai dire je ne vote pas. Je sais que Sarko est à droite et qu’il dicte ses idées à tout le monde. D’après ce que j’ai compris, il voudrait avoir la mainmise sur les médias. Il s’inspire peut-être du dictateur Italien actuel. Les affaires et notamment Clearstream prouvent que tous ces gens se mangent le cul pour le pouvoir. De vrais mafieux. Connivence entre amis dans le but de se mettre à l’abri, eux, leur entourage et leur patrimoine. La plupart des gens que je fréquente pense que les politiques, quels qu’ils soient, n’ont que leurs intérêts en ligne de mire.

D’où ce dégoût de ce monde qui est à leur reflet. Il y a quelques jours j’ai entendu Sarko dire à la télé : «Les Paradis fiscaux, c’est fini !». Concrètement, c’est quoi qui est fini ? Ceux qui ont des comptes bancaires en Suisse ou aux îles Caïman votent pour la plupart à droite. Nous savons bien que le gouvernement va noyer le poisson, car c’est risqué pour eux de tirer sur leur électorat. Les bourges qui ont de la tune à mettre à gauche, ne sont pas au bar en train de boire le jaune avec nous le dimanche midi.

L’œil paca.fr : Les gens ont un comportement plus bio ; Qu’en est-il pour toi ?

Maxime : C’est du pipo. Encore un moyen de faire du fric. Du coup, Sarko en profite pour nous pondre un impôt alors qu’il en a rien à foutre du monde des Verts. Je ne trie pas mes déchets ; Je laisse ça aux bobos. Le composte… dans tes rêves. Je fume un paquet de tiges tous les deux jours et on me parle de faire du bien à la planète. C’est un discours complètement décalé. De toute façon nous habitons à quatre dans soixante mètres carrés. Tout en restant en France et en bord de mer, nos réalités sont à des milliers de kilomètres de ce qu’ils te montrent à la télé.

L’œil paca.fr : Que penses-tu du prix des loyers ?

Maxime : Là, c’est le cauchemar total. Être propriétaire, même dans tes rêves, c’est inaccessible. Locataire, tu es la poule aux oeufs d’or pour les proprios qui te prennent, ni plus ni moins, pour de la merde. Ils ne veulent pas mettre leurs locations aux normes et pour changer ce qui est vétuste, ce n’est même pas la peine. Ma femme, moi et mes deux fils vivons depuis 17 ans dans des conditions dignes du tiers monde. C’est pour ça, quand tu me parles de politique ou de bio, tu dois bien comprendre que pour moi c’est quelque chose de… c’est la merde quoi. Nous ne sommes pas les seuls à nous faire exploiter au travail et dans notre propre foyer quand on a la chance d’en avoir un. Alors, quand c’est jusque dans l’assiette, tu captes mon indigestion.

L’œil paca.fr : Je sais que tu es au chômage depuis 4 ans ; Comment se passent tes relations avec Le pôle Emploi ?

Maxime : Alors là, c’est un paradoxe ; Eux, ils sont débordés par trop de travail et pour nous il n’y en a pas. Je suis au RSA. Je ne suis plus indemnisé en tant que chômeur. Tu es convoqué pour justifier que tu n’as pas de travail. C’est tout simplement humiliant. Du travail, tu m’en donnes maintenant, j’y pars sur le champ. J’entends même dire ici et là que nous, les Rmistes, sommes heureux de vivre au crochet de l’Etat. Il y en a qui vont jusqu’à affirmer que leurs impôts nourrissent des bons à rien. Soi-disant que nous, on se régale de vivre dans ces conditions. Mais je veux bien laisser mon appart et ma situation de précarité aux fachos contre leurs maisons et leur travail de fonctionnaire. Heureusement que de temps en temps je me démerde à faire du black. Mais tu sais, quand tu as deux ados sous ton toit, cela reste un combat tous les jours pour que eux s’en sortent. L’horizon est complètement bouché. L’espoir semble ne pas être permis.

 

Propos recueilli par Fabienne - fabienne@oeilpaca.fr

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex