magazine oeil paca
magazine photo
Art plastique : Mireille Loup
     
 
 
   

Mireille Loup

Art Plastique / photographie : Mireille Loup

 

Mireille Loup est une artiste plasticienne photographe. Elle s'inscrit dans l'art narratif en évitant que le didactisme empêche le spectateur de concevoir sa propre histoire, les niveaux de lecture restant multiples. Dans son travail, elle utilise la vidéo, l'écriture et la photographie.

Ses instruments de prédilection, sont un 6x6, boîtier Rollei argentique et Photoshop pour le traitement de l'image numérique. Elle n’hésite pas à se mettre en « scène » pour créer son imaginaire aux existences fictives.

Mireille Loup est née en Suisse. À l'âge de 17 ans, elle fait les Beaux Arts à Caen. Pour apprendre la photographie, elle va à l’institut St Luc de Bruxelles en Belgique. En 1991 Mireille incorpore l'Ecole de la Photographie à Arles. Là, pendant trois ans, elle acquiert les techniques photographiques et vidéo tout en enrichissant sa culture.

Puis Mireille intègre Paris VIII où elle suit une maîtrise de la photographie contemporaine qu'elle ne soutient pas pour diverses raisons. À l'époque, elle effectue des prises de vue pour le CNRS (elle photographie des livres).

Pendant sept ans, la vie parisienne épuise Mireille alors, dans les années 2000, elle vient se refaire une santé en Arles. Un changement radical où le calme prédomine ; elle se consacre à la création.

Mireille Loup : « Au départ, je réalisais des séries sur l'humain, sur la perte, la mort et l'abandon, pour arriver petit à petit vers l'abandon et la paranormale, le fantôme qui est là et dont tu ne perçois pas l’existence.

Photo Hervé Dols - All Rights Reserved -

Je commence d'abord par une idée, un concept. Je m'interroge, comment vais-je donner à voir mon idée, mon concept ? Après, je recherche des décors. Des photographies peuvent être réalisées pour la série, ou déjà existantes mais n'ayant jamais servies. Une fois ce travail terminé, je me pose la question suivante : quels sont les personnages qui vont intégrer les décors ? Je cherche des modèles. Ensuite, j'effectue les prises de vue des modèles en studio. Avec Photoshop, je les incruste dans les décors. Il y a le titre de la série et chaque image a son sous-titre. Toutes les photographies sont tirées en cinq exemplaires. Les formats, la dimension des tirages sont pensés au préalable. C'est un dispositif dans l'espace. »

En général, Mireille produit une série de dix-huit images par an. Entre le temps de la prise de vue et du photomontage, pour une seule photographie, un délai de dix jours est nécessaire.

Mireille Loup : « Le temps de production est long. Il faut également trouver les financements, le programmateur de la future exposition prend à son compte une partie de la production... Quand je crée un projet, je fais trois ou quatre tirages et je démarche les programmateurs. »

En 2012, aux rencontres photographiques d'Arles, Mireille a exposé une série en 3D, Anaglyph. (Rollman présente le phénomène anaglyphe vers 1853. Louis Ducos du Hauron parachève la technique en 1891. Le premier film anaglyphe voit le jour en 1936, Louis Lumière est le premier à utiliser la « 3D » sur grand écran).

Mireille Loup : « Je voulais dire aux jeunes générations que l'Anaglyphe (3D) est une vieille technique et rendre ainsi un hommage aux anciens qui ont développé ce procédé. Avec cette technique, je pouvais faire apparaître et disparaître les fantômes, ça convenait à mon contenu. L'idée est que sans les lunettes ce soit sympa à voir, il y a un côté flou. Quand tu mets les lunettes, il y a des choses qui apparaissent et d'autres qui bougent avec toi ».

Actuellement, Mireille travaille sur une série composée de paysages, de fonds, de Shanghai, qu'elle a fixé sur la pellicule le temps d'une résidence en Chine. Elle rajoute, « des fantômes », des enfants qu'elle a photographiés il y a dix ans, devenus adultes aujourd'hui. Peut-être qu'elle ne veut pas oublier qu'un jour, c'était comme cela ? Peut-être qu'elle prend un malin plaisir à placer ses sujets dans l’intemporel ?

Mireille Loup : « La photographie c'est se dépasser, se sublimer, elle crée des vides, on dit des choses, mais il y a tout ce qui est hors champ, que l'on ne dit pas et qu'on décide d'oublier, et puis faire trace ou faire mémoire ; une fois que c'est fait on s'en détourne. »

Mireille expose ses œuvres dans toute l'Europe, au Brésil, en Chine, au Venezuela, à New York, au Canada... Volontairement nous ne citons pas ici les dates et les pays, il y en a trop (www.mireilleloup.com), elle est représentée par des galeries ; Pobeda Gallery en Russie, Galerie Brandt aux Pays-Bas et Alexandra Sousa au Portugal.

Mireille enseigne l'histoire de la photographie à l'université de Montpellier III et l'Esthétique de l'image à l'Université d'Arles Provence au département imagerie numérique. Elle est intervenante à l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie.


Hervé Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine web gratuit - Rédaction : redaction@oeilpaca.fr - Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex