| DIAPORAMA PHOTO NINA ATTAL en live | SOMMAIRE numéro 15 |
Numéro 15
   

Nina ATTAL

Musique : Nina Attal

Un premier contact avec son père par téléphone. Deux jours plus loin Nina me rappelle, rendez-vous est pris, histoire de voir cette jeune prodige sur scène. En effet, elle a eu 18 ans au mois d'avril 2010 mais la discussion laisse entrevoir la maturité de l'artiste.

Le projet Nina Attal est né d'une rencontre en 2007 dans les Jams Parisiens ; à l'époque, Nina et Philippe voulaient se frotter à la scène. Un frottement qui donnera vie à un groupe qui fait sa première scène Bastille en décembre 2008.

Philippe est passé par le conservatoire. Bien qu’encore très jeune, Gibson en main, il démontre des qualités largement au-dessus de la moyenne.

La première guitare de Nina, c'est le père Noël en personne qui lui offre, une Jakson, elle n'a que 13 ans. Suivront trois ans de cours de Jazz et des heures à se faire les peaux sur les cordes.

En 2009, Philippe apporte sa musique et Nina ses textes, ses mélodies et pose sa voix. Le couple fait les arrangements, c'est la naissance de « URGENCY ».

L'album est masterisé chez Abbey Road Studios à Londres. Apparemment Nina et Philippe savent où ils mettent les pieds.

Nina Attal et Philippe Devin évoluent dans la catégorie « Blues », mais sur scène leur show déplace les barrières dans la Soul et le Funk.

Nina Attal / photo Rv Dols©

La fraîcheur, liée à l'âge de l'insouciance, baigne dans le talent chez ces deux là. Un plaisir à fleur de peau qui se partage avec les fruits du travail.

Un seul petit reproche, un répertoire pas assez conséquent pour tenir plus d'une heure live, même si les reprises de « Prince » sont de très belle facture.

Aucun doute, si Nina Attal persévère dans les années à venir, son empreinte restera figée dans les consciences.

Pour ceux qui l'auraient oublié, le Blues est une musique inventée par les Noirs Américains issus de l'esclavage. Le racisme et la ségrégation raciale étaient trop radicaux et présents pour que les « blancs » Américains veuillent bien rendre cette musique populaire.

Dans les années 60 ce sont les Anglais avec des groupes devenus mythiques comme les The Beatles (John Lenon, Paul Mc Cartney...), The Rolling Stones (Brian Jones, Ian Stewart, Mike Jagger, Keith Richards...) Manfred Mann (Manfred Mann, Mike Hugg) Fleetwood Mac (Mick Fleetwood, Peter Green) The Yardbirds (Anthony Top, Keith Relf, Eric Clapton...) Ten Years After (Alvin Lee...) The Animals (Eric Burdon, Alan Price, Hilton Valentine...) pour ne citer qu'eux, qui font découvrir le blues à l'Europe et au reste du monde. Un mouvement est né, le British Blues Boom, qui influencera la quasi totalité des groupes occidentaux des décennies suivantes.

Les jeunes musiciens des The Beatles, The Rolling Stones, The Yardbirds, The Animals... écoutent des disques d'import de Blues venus des Etats-Unis et adaptent sur scène cette musique. A l'époque seuls quelques clubs de Londres prennent le risque de programmer des groupes qui jouent du Blues.

Les premiers enregistrements des Rolling Stones étaient uniquement des reprises de Blues et de Rhytm and Blues. Dès le premier album la folie s'empara de Londres. Après les Beatles, les Stones vont tourner aux Etats Unis et « donner à voir » aux blancs Américains la musique des Noirs en l’occurrence le blues. (www.myspace.com/ninaattal)

 

Hervé Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex