|SOMMAIRE numéro 17 |
Numéro 17
   

Pesticide

SOCIETE : PESTICIDE un génocide humain programmé

Fongicide, herbicide, insecticide, trois pesticides dont le rôle est de détruire des champignons, des herbes, des insectes. Les fabricants de pesticides les préconisent pour tuer ceux qu’ils nomment « les ennemis des cultures ».

A partir de 1939 et pendant la seconde guerre mondiale, de nouvelles molécules de synthèse sont mises au point par l’industrie chimique.

Les nazis ont utilisé dans les chambres à gaz le Zyklon B (insecticide à base d’acide cyanhydrique) pour exterminer un peu plus d’un million d’êtres humains. Les molécules du Zyklon B sont infiniment voisines de celles des pesticides actuels.

Après la guerre c’est la faim que doit combattre l’industrie chimique. Pendant une dizaine d’années les pesticides issus de chimie de synthèse permettent aux récoltes d’être abondantes.

A la fin des années cinquante, l’autosuffisance alimentaire Française est accomplie. Mais le libéralisme, la mondialisation et les bénéfices, font à l’exportation de notre agriculture une place prédominante.

L’agro-industrie exportatrice a besoin d’un excédent de production agricole pour pouvoir exporter. Les besoins en engrais sont de plus en plus fort pour soutenir un rendement important. Le souci réside dans le fait que ces produits sont nocifs et dangereux pour l’homme. Les différentes recherches dans ce domaine l’attestent.

Notre inquiétude s’éveille d’autant plus aux résultats de recherches sur les gènes de fœtus humains ou plus de 400 polluants sont détectés : dioxines, hydrocarbures, pesticides, résidus de plastique, de colles et d’encre d’imprimerie…

Les pluies qui tombent sur nos villes, mais aussi nos campagnes, sont chargées de pesticides. Et que dire des brouillards, des brumes et des rosées matinales trente fois plus bondées de pesticides que la pluie. Nos craintes se confirment après une étude de l’association Générations Futures qui établit la présence de dizaines de pesticides dans l’assiette d’un enfant de dix ans. Une réalité qui fait prendre conscience à chacun de nous que les dangers des pesticides ne se résument pas que dans leur utilisation.

Suite à chaque manipulation de phytosanitaires, se sont plus de 100 000 agriculteurs qui se plaignent de nausées, de problèmes neurologiques et d’éruptions cutanées qui se transforment en plaques immondes sur la peau. Celles-ci peuvent apparaître et disparaître plusieurs fois dans la journée.

Sans oublier l’agriculteur Charentais Yannick Chénet, décédé à 43 ans d’une leucémie en début d’année. Sa maladie a été reconnue maladie professionnelle par la Mutuelle Sociale Agricole (MSA). Dans un documentaire de JP Jaud « Severn », Yannick Chenet, intoxiqué par les pesticides du géant américain Monsanto, témoigne par une phrase choc « Les produits qui m’ont empoisonné et ceux qu’on me donne pour me guérir sont fabriqués par une seule et même firme. »

L’enquête de santé organisée en 2005 par la MSA et des chercheurs indépendants « Agrican » (agriculture et cancer) concernant 120 000 agriculteurs, prouve les conséquences sanitaires suite à l’utilisation des pesticides. La maladie de Parkinson, de plus en plus fréquente chez les Français, est multipliée par deux chez les agriculteurs. Les cancers, les troubles respiratoires et les troubles des systèmes digestifs sont également en hausse (étude de l’INSERM).

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ce sont plus d’un million d’empoisonnements et plus de 200 000 décès liés aux pesticides chaque année.

La responsabilité des firmes agrochimiques est indéniable. L’implication des pouvoirs publics qui autorisent la production et l’utilisation des pesticides est incontestable.

Le profit immédiat est devenu le maître du monde. Dénué d’humanité, notre système financier n’est plus à un scandale près. Le sang contaminé, l’amiante, les dioxines, le Médiator sont les plus présents dans nos inconscients.

Nous sommes en droit de demander des comptes. Pourquoi l’AFSSET, agence publique de la santé environnementale, organise des pseudo congrès scientifiques avec le lobby Américain de la chimie ?

Ce n’est pas une tribune contre les agriculteurs, bien au contraire. N’oublions pas qu’ils sont les premières victimes des pesticides. Mais des questions légitimes s’imposent. Pourquoi et comment peut-on continuer à manipuler des produits qui vous tuent à petit feu, vous et vos congénères. Les raisons sont ; crédit, dette, argent, finance, subvention.

Lorsque l’homme arrêtera de se mentir à lui-même, nous ferons tous un pas de géant. Nous avons toujours le choix de nos actes. Aucun argument financier ne devrait être justifiable quand il s’agit de santé publique.

 

David / david.sanchez@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex