| SOMMAIRE | Musiques / Actuelles INTERVIEW : Le Peuple de l'Herbe | Photographies live du Peuple de l'herbe |
 

Musique / actuelle / émergente : Le peuple de l'herbe

Le Peuple de l’Herbe est en plein " Tourner Club " avant la prochaine sortie de « Tilt » leur dernier album. Rv Dols, pour l’œil paca.fr, est allé discuter avec Psychostick (le batteur) et Sir Jean qui est l’une des voix depuis les débuts (il était le chanteur du groupe Meï Teï Shô) et accompagne avec assiduité le Peuple de l’Herbe en live depuis 2007. Cette rencontre eu lieu aux Passagers du Zinc en Avignon.

Ce sont deux Lyonnais, Dj Pee et Dj Stani qui, en 1997, créent le Peuple de l’Herbe.

Psychostick : A la base, le Peuple est parti de deux Dj, il n’y avait que des platines et des machines. L’apport d’instruments acoustiques, notamment batterie et trompette, c’est fait par la suite. Mais le mélange machines, énergie rock et base hip hop, prédomine quand même depuis les débuts. De toute façon, c’est indéniable, nous sommes ouverts à toutes sortes d’influences.

Sur le second album “PH test two” N’Zeng affirme l’identité du Peuple de l’Herbe. C’est également sur cet opus que l’on découvre le MC Anglais JC 001. Sur la tournée de « Cube » Dj Stani quitte le groupe. Il est remplacé par Spagg. Les qualités des prestations scéniques du Peuple de l’Herbe sont très souvent mis en avant.

Psychostick : Nous avons tous un cursus musical relativement long. Surtout en ce qui concerne la scène. Nous sommes à l’aise en live. Au niveau des grosses caisses nous avons greffé des sons très électros. J’ai un capteur sur la grosse caisse qui déclenche instantanément le son dans les machines. Il y a le jeu traditionnel d’un batteur et le son électronique. Les machines tournent en permanences avec des pistes. Après, chacun rajoute son instrument.

L’œil paca.fr : Après Triple zéro en 2000, PH test two en 2002, Cube en 2005 et Radio Blood Money en 2007, le Peuple de l’Herbe est de retour avec Tilt le 16 novembre 2009 chez tous les bons dealers. Radio Blood Money album concept laissait planer une ambiance morose. Tilt va-t-il changer les directions pressenties sur la dernière galette ?

Psychostick : Avec Tilt nous voulions changer un peu d’horizon. Il est plus organique, plus humain. Nous laissons tomber le concept. L’album est joué comme un « vrai groupe » Une couleur qui surprendra peut-être certains.

Sir Jean : Nous envoyons tous des machines, mais si tu prends Seb, avant toute chose il est trompettiste. Donc forcément c’est l’humain qui joue. Pour Psychostick c’est pareil, même s’il envoie des machines il y a toujours l’élément humain qui prédomine. Spagg, lui est passé des machines à la basse. Je dirai qu’au niveau de l’exécution c’est une formule un peu plus Rock and Roll. Je pense qu’il y plus de chaleur. La machine est présente, mais ce n’est pas elle qui génère la musique. A la fin d’un morceau on se regarde tous, la machine ne regarde personne.

L’œil paca.fr : Le Peuple de l’Herbe a plus de dix ans d’existence et ses membres avaient un vécu musical avant ce projet. Le temps a-t-il une emprise sur les créations actuelles ?

Psychostick : Peut-être qu’avec l’âge tu cherches moins à coller au plus près des modes et de ce qui se fait. Nous sommes producteurs de notre propre son.

Sir Jean : Le Peuple de l’Herbe n’est pas formaté et ne l’a jamais été. Il traverse les âges. Mais c’est vrai qu’avec le temps j’ai le sentiment que nous sommes plus nous-mêmes. Le groupe n’a jamais vraiment été sujet aux tendances. Même si au début il y avait des influences Hip Hop.

L’œil paca.fr : Ce soir, le concert entre dans un cadre avec une dénomination « Club ». C’est quoi exactement ?

Psychostick : On fait toujours tourner cinq ou six morceaux avant la sortie d’un l’album. Ils sont inclus au set. On pourrait comparer cela à une résidence en configuration live. Il y a aussi le fait que cela permet aux gens de venir nous voir dans les clubs. Avec tout ce que cela comporte.

L’œil paca.fr : Quelles sont les structures actuelles du Peuple de l’Herbe ?

Psychostick : En ce qui nous concerne nous avons une association qui gère le studio et une autre le groupe. Dans le studio il y a notre local. Quand nous ne sommes pas là, d’autres groupes utilisent les installations. Notre ligne de conduite initiale, que nous signons avec un label, une maison de disque,… l’argent de la production nous l’investissons. Le groupe ne part pas pendant trois semaines enregistrer où cela coûte super cher. Le Peuple de l’Herbe prend l’argent de cette production et nous achetons du matériel. Le but c’est d’avoir un studio en pensant que le jour où tout s’arrête celui-ci sera toujours là.

Sir Jean : Dans le studio il y a une table analogique. Les applications sont différentes selon les compétences des spécialistes. Kreez a aussi cette compétence. C’est notre ingénieur du son, il a la connaissance du matériel, ce qui permet à la musique de garder cette chaleur. Il y a la possibilité de créer des compresseurs. C’est plus dans un esprit artisanal. Je pense que l’on peut dire que nous sommes des artisans du son.

 

Propos recueillis par Rv Dols - herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

 

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit rédaction et publicité : yasmine@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex