pub france info
   
| Musiques Actuelles & émergentes : PHOSPHENE | PHOTOGRAPHIES concert de Phosphène | SOMMAIRE |
Numéro 20
   

photo Rv Dols

Musiques Actuelles & émergentes : Phosphène

L'année dernière à la même période, je découvre le groupe Phosphène en live. Déjà surpris par la qualité de leur set et de la présence scénique de Loesha. Quand Éva m'a proposé d'aller faire un sujet sur eux, dans le cadre d'une clôture de résidence, j'étais curieux d'observer le chemin parcouru par les six musiciens marseillais.

Le groupe était en résidence à l'AKWABA (Chateauneuf de Gadagne). Une des rares salles vauclusiennes à posséder une scène digne de ce nom.

Un phosphène c'est la sensation que la surface lumineuse persiste à l’instant où l'on ferme les yeux alors que l’on fixe une lumière. Après le live de Phosphène, je me suis assis dehors au calme, à la fraîche. Mes paupières ont recouvert l'horizon, le morceau « Six » est venu chahuter mes sens. La rythmique résonnait et les deux guitares enveloppaient la voix ensorceleuse. Indéniablement, ils s'inscrivent comme l'un des groupes marquants du moment en région PACA.

Retour aux sources. En 2003, Loesha, Pi et Edgard Pilot, qui s’étaient déjà croisés, font un bout de route ensemble. Pendant trois ans, ils suivent, dans leur domaine respectif, un cursus à l'école de musique Promusica de Monteux (84). À noter que tous les musiciens qui forment le groupe ont suivi ledit cursus, ce qui explique en partie la qualité de leur musique.


LOESHA / Photo Rv Dols©

Edgard Pilot poursuit sa route en solo, Loesha et Pi font vivre le projet. Il faut attendre 2008 pour la sortie de « A CALL », le premier album du groupe qui identifie clairement les intentions de Phosphène. Avant tout un concept enrobé dans un mélange de rock, de musique électronique et d'expérimentation. Évidemment, des influences transpirent. Le collectif s'enrichit de nouveaux musiciens, pour arriver à la formation actuelle. Deux guitares, une bass, une batterie, un clavier et la chanteuse.

Au printemps 2011, Phosphène sort son deuxième opus « L'essentiel est invisible ». Les dates ne sont pas si nombreuses que ça.

D'après Loesha : « Nous sommes de très mauvais vendeurs. Il faut avouer que nous ne faisons rien pour développer le projet sur ce terrain. Nous sommes avant tout des musiciens passionnés dans une espèce d'atelier de recherche, nous créons notre univers. Pour démarcher, nous sommes nuls. Mais conscients que le collectif s'enrichirait avec quelqu'un qui voudrait faire tourner le groupe ».

Un nouvel ingénieur du son vient de rejoindre le collectif, des projections de vidéo et de lumière habillent également le spectacle. L'importance du concert de fin de résidence sert de test grandeur nature.

Loesha poursuit « Le cœur c'est le groupe, mais au sens le plus large nous sommes un collectif, dans la mesure où aujourd'hui il y a des gens qui gravitent pour situer les interactions pendant les concerts, les vidéos, le son, les lumières... ».


Propos recueillis par Rv Dols / herve.dols@oeilpaca.fr

 

 

L'oeil paca.fr votre magazine gratuit REDACTION : redaction@oeilpaca.fr | PUBLICITE : christian@oeilpaca.fr | Mémoires images L'Oeil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex