Rencontres internationnales de la photographie d'Arles
Photo Rv Dols

Workshops : Chercher sa propre photographie

La maison des stages est située au rond-point des arènes. Le lundi matin, chaque participant présente deux séries réalisées au préalable. Le niveau de compétences est hétérogène. Les onze stagiaires doivent définir ce qu'ils veulent raconter dans leurs images.

L'après-midi, un premier atelier de prises de vue a lieu dans l'ancien collège Mistral qui se trouve à cinq minutes à pied. Plusieurs expositions des rencontres d'Arles occupent le rez-de-chaussée. Le dernier étage est à l’abandon. Les pigeons ont investi les salles de sciences et de biologie. Le sol est jonché de fientes et d'immondices en tout genre. La poussière recouvre des ustensiles autrefois utilisés par les collégiens. Un terrain propice à l'exercice photographique se décline sous nos yeux, chacun va pouvoir exprimer son regard.

Ambre et Eugénie, les deux plus jeunes participantes ont une vingtaine d'années. Elles me confient ne pas trop savoir comment aborder le sujet. Ambre découvre son boîtier numérique. Habituellement, la jeune femme se sert d'appareils jetables pour faire des photos, elle dit que cela lui permet de s’émanciper de toute contrainte technique. Elle trouve le digital trop compliqué. Mais elle ne se décourage pas, elle retourne à plusieurs reprises dans les anciennes salles de cours et cherche. À la fin de la journée, les stagiaires regagnent la maison des stages pour réaliser l'éditing de leurs images.

" Chaque participant présente deux séries réalisées au préalable, les stagiaires doivent définir ce qu'ils veulent raconter dans leurs images ".

Atelier pratique aux Saintes-Marie-de-la-Mer

Le jeudi, tout le monde se retrouve aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Le Belvédère nous accueille à sa terrasse pour la journée. Les stagiaires ont défini leurs projets. Les concepts sont tous extrêmement différents et porteurs d'une sensibilité propre à chacun. Ils partent en quête d'images, le but est d’approvisionner sa vision.

Les stagiaires consultent à tour de rôle Olivier Culmann. C'est un homme bienveillant et extrêmement pédagogue. Avant de donner des pistes, il regarde toujours le travail sur un écran d'un PC portable. Puis il les écoute attentivement. Il essaie de comprendre ce qui émane d'eux et pas ce qui viendrait d'un réflexe extérieur influencé par une mémoire visuelle qui retranscrit inconsciemment « une bonne photo ».

J'accompagne Mathieu sur le toit de l'église des Saintes-Maries. À l'aide d'un pied, il photographie une même scène à maintes reprises sans jamais changer d'emplacement. Sur son PC il fusionne des images choisies. C'est ainsi que la place du village se retrouve submergée, exclusivement, d'une multitude de personnes consommant un cornet de glace. Ou bien, elle est envahie par des cyclistes en tout genre.

Je rejoins Karine. Un bonnet de bain rose sur la tête, le corps dans un maillot une-pièce, chaussée de palmes également roses et tenant un parapluie d'une couleur identique. Elle doit se mettre en scène. Elle éprouve de grandes difficultés à gérer ses prises de vue et son attitude vis-à-vis des passants. Le découragement semble prendre le dessus. Cette Bretonne me confie avoir trois filles et un peu plus d'une trentaine d'années. Elle remet en question jusqu'à sa présence à ce workshops. Il ne fallait plus se laisser envahir par des idées pernicieuses, mais faire des images. Pendant ses poses, les passants deviennent spectateurs et des échanges amicaux interviennent avec les touristes. Karine finit par se lâcher et prend un plaisir évident au travers de son projet. Elle me surprend en montant sur le toit d'une paillote des Saintes-Maries-de-la-Mer..

Le vernisage

Le samedi à 19 heures 30, je me rends au bureau du festival rue Fonton à Arles. Le vernissage de l'exposition qui donne à voir les séries des stagiaires affiche complet. Pour certains le résultat est encourageant. Tous ont pu se frotter à la photographie d'auteur et mettre en pratique une vision personnelle du monde qui nous entoure. Évidemment, ce n'est pas en six jours que l'on devient photographe, mais l'expérience à l'air satisfaisante pour la plupart d'entre eux. Les sourires qu'illuminent les visages en disent beaucoup.

Rv Dols / rv.dols@oeilpaca.fr

 

RIP d'Arles

Les Rencontres d'Arles depuis 2015 sous la direction de Sam Stourdzé... aux éditions Actes Sud

Rencontres photo Arles

Une trentaine d'expositions installées dans divers lieux patrimoniaux de la ville aux éditions Actes Sud

Rencontres internationales photo Arles

Panorama de la création contemporaine liée à l’image et à la diversité de ses problématiques et pratiques

Rencontre photo Arles

Catalogue anniversaire des 50 ans présentant les 50 expositions programmées à cette occasion aux éditions Actes Sud

 

 

Rv Dols photo
Photo Rv Dols
Photo Rv Dols