Sculpteur sur métal

Quand on parcourt le sud de la France, on peut apercevoir les sculptures d’André Debru. Sur la RD 164, à Aurel, cerfs et biches figés semblent nous observer. Dans la vallée d’Ossau, à Laruns dans les Pyrénées, un berger et son chien surveillent leur troupeau. Mais c’est principalement sur les routes du Larzac et de l’Aveyron que la faune d’André accomplit sa transhumance statique. Pendant dix ans un éléphant monumental (3,95 mètres de haut, 6 mètres de longueur, 2,30 mètres de largeur pour un poids de 2 tonnes) a vécu sur l’aire du Caylar. Il se trouve actuellement à l’Espace Galerie des noisetiers en compagnie d’un Rhinocéros et d’un Ours signés Debru. Un cabinet d’architectes en a fait l’acquisition, il doit aller se réfugier au pied du mont Saint-Clair à Sète. Sur l’aire du Larzac, depuis plus de dix ans, Astérix et Obélix accueillent les voyageurs qui viennent se restaurer. À Saint-Afrique, une création d’André inspirée par la liberté de Bartholdi illumine la rue principale. À une quinzaine de kilomètres de là, l’atelier d’André Debru est installé dans le village de Costes-sur-Gozon.

André Debru
Photo Rv Dols

André est le dernier représentant d’une famille de maréchaux-ferrants originaire de Camarès au sud de l’Aveyron. Ses ancêtres travaillaient déjà le fer, ils réparaient les engins agricoles et ferraient les bœufs. Son arrière-grand-père avait son atelier de ferronnerie à Bournac. Son grand-père est mort pendant la Grande Guerre alors que son père n’a que six ans. De 1943 à 1951, sa grand-mère loue la forge. Son père était paysan, mais il fut initié au rudiment de cette profession par le forgeron du village. C’était un homme qui aimait les grands espaces, il préférait vivre et travailler au contact de la nature. Quand il se marie en 1951, le père d’André décide de reprendre la forge.

Quelque mois plus tard, le 9 décembre 1951, c’est la naissance d’André. Il traverse une enfance heureuse au plein air, tous les jours après l’école il se précipite dans l’atelier de son père. À 13 ans, il passe son certificat d’études. En juillet 1965, il travaille dans la forge familiale qui se trouve au centre du village. En 1976, le modernisme et la taille des engins agricoles imposent à l’entreprise la construction d’un atelier en périphérie du village. C’est d’ailleurs là que nous avons rencontré André.

En parallèle, André a une passion inavouable. À l’époque, les temps sont rudes dans les campagnes, il n’y a pas de place pour les distractions ou l’amusement alors, en cachette, avec des matériaux de récupération, notamment des boites de conserve, il élabore des caricatures d’hommes politiques, des figurines, des voitures. Il attendra 1977 pour afficher ouvertement et assumer sa créativité. Devant la forge, il installe un singe qui trône fièrement à la vue de tous.

Pendant des années, André accomplit des tâches alimentaires, entre autres du mobilier pour des clients qui arrivent avec la page d’un catalogue déchiré en lui disant, je veux ça. Il y a plus de dix ans, c’est la mairie de Roquefort-sur-Soulzon qui a mis la lumière sur ses œuvres, en lui commandant des moutons avec un berger et un chien.

André Debru : « Les brebis ce n’est pas trop ma passion, mais forcément... quand on vit dans l’Aveyron ; Roquefort a été le lancement du troupeau, après j’ai réalisé une multitude d’ovins un peu pour tout le monde. Il a fallu cinquante ans pour que mon travail commence à être un peu regardé . J’aime faire ce qu’on ne trouve pas ailleurs, c’est solide, c’est fait pour durer. »

OEILPACA Debru sculpture
Photo Rv Dols

Sa vie est rythmée par le travail depuis longtemps, 90 heures par semaine, il est toujours à la tâche dans son atelier. Pendant pratiquement cinquante ans, il n’a eu de cesse de souder son plaisir avec l’esprit de récupération. Tout y passe, du simple boulon à l’engrenage, pour donner forme à des sculptures d’un réalisme monumental. André travaille principalement sur commande, en 2020, il a réalisé huit ânes grandeur nature pour des clients bretons. Il a également conçu un druide « Panoramix » qui est parti pour le Finistère. Le jour de notre visite, c’est la mairie d’Alban qui venait de récupérer un rhinocéros et une girafe. Son jardin est envahi par une faune hétéroclite, Obélix porte sur son dos l’ancienne voiture d’André comme un sacerdoce. Il nous explique que l’habillage poilu du singe et de l’ours est particulier, il n’a pas encore vu quelque chose de similaire en France.

Ce qui l’affectionne tout principalement ce sont les étapes d’élaboration et de fabrication. Il préfère laisser la matière brute et n’applique aucun traitement ou peinture.

André Bebru : « Je me sens plus proche d’un artisan africain, qui récupère un bidon d’huile et qui façonne des objets, que d’un artiste contemporain. Ce qui m’intéresse, n’intéresse que moi et encore, c’était avant que je le fasse, quand je le fais, je n’ai plus envie et quand j’ai fini, je suis déçu. »

André est un personnage attachant, humble, qui manie l’humour en gardant l'entière maîtrise sur ses productions. Il vient de refuser de faire un papillon pour l’Espace Galerie des noisetiers. Il aime la nature, mais l’insecte lépidoptère ça ne lui parle pas et puis il n’a pas le temps. Son atelier se situe sur la D 527 à l’entré du village de Costes-Gozon, la visite est libre.

André Debru Sculpteur
Photo Rv Dols

André Bebru : « La retraite, je ne sais pas comment faire pour la demander. De nos jours, nous sommes dans un système compliqué pour les gens comme moi qui sont restés dans la préhistoire. »

Rv Dols : photojournaliste@oeilpaca.fr

Sculpture Cochon
Sculpture animalière monumentale en métal.
Sculpture Cheval
Les ouvrages d'art sont pérennes, plus de 40 ans d'activité dans ce domaine.
Sculpture Berger
Sculpture monumentale pour les collectivités publiques, les entreprises et les particuliers.
Sculpture Vache
Vente avec contrat commercial, facture détaillée et certificat d'authenticité. Pour les entreprises possibilité de défiscaliser dans le cadre du dispositif mécénat d'entreprise.

André Debru photo Rv Dols
Debru pour OEILPACA
Atelier Debru
Sculpteur Debru André
André Debru photo oeilpaca

OEILPACA prochain numéro octobre 2021