Photographie

Morgane est une photographe passionnée, elle incarne la relève. Son regard sur les autres et le monde est empreint de sensibilité.

Morgane Delfosse oeilpaca
Photo Morgane Delfosse

Morgane : « J’ai découvert la photographie à l’automne 2004. Je venais d’avoir 13 ans, nous étions en vacances en Bretagne. Animée depuis la plus petite enfance par le dessin, la musique ou la danse, j’ai emprunté le Minolta argentique de mon père, un Dynax 7000i, pour m’y essayer. Mes parents faisaient énormément d’images de mes frères et moi. Ces souvenirs sont précieusement consignés dans des albums, légendés avec tendresse par ma mère. Après quelques premières explorations à photographier la lumière du soir, la mer, mes pieds et ma guitare, la découverte des images développées m’a remplie de joie. Ce sont les couleurs qui m’ont le plus frappée. J’étais mordue. Le noël suivant, on m’offrait un reflex numérique et, bientôt, ma passion dévorante d'adolescente deviendra vocation, celle d’observer le monde, de raconter les vies qui m’entourent. »

Morgane est passée par l'école des Arts75, un long apprentissage.

Morgane : « Je suis entrée au Septantecinq en 2009, à 18 ans, après avoir obtenu mon baccalauréat en France. C’est une formation qui dure trois ans, mais j’ai emprunté des chemins sinueux et en suis sortie en 2014, à presque 23 ans. Les expositions collectives du Septantecinq sont des restitutions de nos projets de fin d’année et de belles expériences pour apprendre à construire une série, penser un accrochage.

Dès la fin de mes études, je partage mon temps entre quelques services dans un restaurant et des premières commandes de portraits, notamment pour des artistes et des comédiens (nes). Je travaille aussi pour plusieurs théâtres bruxellois en tant que photographe de spectacle vivant et effleure la photographie de plateau pour le cinéma. Je réalise également un livre patrimonial pour la ville de Wavre, chef-lieu d’une province proche de Bruxelles.

Un an après l’obtention de mon diplôme, j’intègre la cellule communication d’un Cabinet ministériel bruxellois. J’y ai travaillé à mi-temps pendant trois ans, accompagnant visites de terrain et missions à l’étranger comme photographe et vidéaste. Enfin, je collabore depuis plusieurs années avec la Maison bruxelloise, un atelier qui donne une seconde vie à des meubles de designer du siècle dernier. Au cours de ces années entre l’école et mon départ de Bruxelles, ma pratique professionnelle est multiple et intense, mais bien loin de l’approche documentaire et personnelle que j’ai touchée du doigt plus jeune. C’est lorsque je quitte la Belgique pour m’installer à Paris en 2018 que je renoue avec la création et une démarche d’autrice ».

Photo Morgane Delfosse pour oeilpaca
Photo Morgane Delfosse

En 2015, la photographe accompagne une délégation ministérielle belge qui se déplace en République Démocratique du Congo.

Morgane : « Je découvre la problématique des femmes souffrant de fistules à Kinshasa (RDC) et sur le continent africain. La visite de la maison de la Rose de Jéricho et de l’hôpital Saint-Joseph me marque profondément et, lorsque je décide de me consacrer à la photographie documentaire quelques années plus tard, c’est vers ce sujet que je me tourne. Je pars seule en juin 2019 pour débuter cette histoire.

'' Réparer '' était pour moi l’occasion de revenir à une pratique argentique et de découvrir le moyen-format. Après des mois de recherche, j’ai trouvé le boîtier idéal, un télémétrique à soufflet, léger et compact, à optique fixe. Je peux travailler à la fois au 6x6 et au 6x7 avec cet appareil, ce qui le rend très polyvalent. Pour cette série, la dimension picturale du 6x6 répondait parfaitement à mon désir d’apporter une certaine douceur à ce sujet si douloureux. Cette technique aide peut-être à ne pas verser dans une photographie sensationnaliste, sans pudeur. Cela me permet de poser mon regard, d’exprimer dans les images la lenteur et l’intimité qui se crée avec les personnes et les lieux que je photographie. Aujourd’hui, j’envisage d’y retourner pour continuer ce travail, en faire un livre, peut-être ».

En 2019, Morgane devient membre du Studio Hans Lucas à Paris.

Morgane : « Peu de temps après mon installation à Paris, intégrer une structure répondait à mon besoin de me plonger dans le milieu de la photographie en France, échanger avec d’autres auteurs (ices), découvrir le secteur. Aujourd’hui, n’étant pas tout à fait dans une démarche de photographe de presse, la plateforme ne m’apporte pas de travail. Elle reste néanmoins un espace précieux d’échange et d’émulation ».

Morgane Delfosse photo web magazine
Photo Morgane Delfosse

En 2020, Morgane est sélectionnée parmi les '' 30 Under 30 Women photographer '', elle propose un recueil de trente photographies issues de plusieurs séries dont '' Réparer '' et anime des ateliers pédagogiques.

Morgane : « Les temps d’atelier avec les enfants sont joyeux et riches d’apprentissages pour eux comme pour moi. Revenir aux fondamentaux pour les transmettre, c’est remettre en question ses propres bases. Faire de la photographie un jeu tout en partageant des notions techniques, même primaires, ce n’est pas si simple et ça ne fonctionne pas à tous les coups. Mais quand la magie opère, que les jeunes trouvent du sens et du plaisir dans le geste photographique, ça me remplit ».

2021, Morgane participe à la carte blanche Usimages pour la biennale, son travail est à voir du 17 avril au 20 juin dans la ville de Creil à l'Île Saint Maurice.

Morgane : « Ma carte blanche pour Usimages s’est déroulée dans les quatre entreprises (Bazin, Rivierre, Lib, Stokomani). La résidence a duré quatre semaines, à raison d’une semaine par entreprise. Tisser des liens avec les personnes que je photographie fait partie intégrante de ma façon de travailler. C’est le meilleur moyen de se plonger un peu dans leur réalité. J’ai donc beaucoup échangé avec les ouvriers (es) des différentes entreprises, recueilli leurs témoignages et pris de nombreuses notes de leurs quotidiens et de leurs parcours. Avant d’entrer en résidence, j’ai imaginé un travail documentaire sensible, à l’instar de la photographie que j’essaie de pratiquer dans mes autres projets. Je voulais photographier le travail, mais les rencontres faites dans les entreprises m’ont inlassablement ramené au portrait, dans une démarche peut-être plus sociale et engagée que celle que j’envisageais initialement.

J'ai réalisé une centaine de photographies par entreprise, soit une vingtaine d’images par jour, pour ne garder en tout qu’une trentaine de photographies destinées à être exposées. C’était une production intense, et la technique argentique m’a permis de ne pas tomber dans la frénésie, de prendre le temps.

Lucas (Castel) et moi avons travaillé chacun de notre côté tout en échangeant sur nos expériences, nos rencontres et nos affinités dans les entreprises. C’est au moment d’élaborer l’exposition que nous avons croisé nos regards et construit ensemble l’accrochage ».

Mais que représente la photographie pour Morgane.

Morgane : « C’est une vocation, une nécessité, un moyen formidable de raconter le monde, de crier en silence ce qui me révolte, de montrer d’autres vies, d’autres réalités, mais aussi d’explorer mes propres failles, mon intimité, de m’apaiser ».

Morgane Delfosse photographe, le site : www.morganedelfosse.com

Claire Fabre : claire.fabre@oeilpaca.fr - Christian Ferret : christain@oeilpaca.fr

Tableau
Série V : "Trois années d’une amitié intense durant laquelle V. m’a donné ses instants avec une transparence troublante".
Veste en jeans
Série Cheval-vapeur : "Le cheval était la référence de puissance des attelages avant l’avènement de la propulsion mécanique".
Fleure
"Falaises bretonnes, grandes plages du Nord, dunes landaises et ports hollandais, l’Atlantique peuple mes horizons depuis l’enfance".
Broderie de Lunéville
Education à l'image : "Comprendre une image, cultiver son regard, s’exprimer par la photographie. Tels sont les trois axes pédagogiques développés par l’association Parole de Photographes".

Web magazine Morgane Delfosse
Web magazine oeilpaca Delfosse photo
Delfosse Morgane pour oeilpaca
Webzine oeilpaca Morgane Delfosse photo
Magazine photo Morgane Delfosse

Oeilpaca prochain numéro fin juin 2021