À la recherche de la forme minimale qui pourra à terme suggérer le corps humain

Vincent est originaire du sud de la France. Les arts plastiques et la sculpture sur bois l’accompagnent depuis son enfance. L’Aixois a suivi un cursus universitaire littéraire puis, un master en philosophie de l’art. Par conviction, il aborde sa vie professionnelle dans divers emplois liés à l’alimentation BIO. À la trentaine, une remise en question existentielle l’incite à suivre des cours de perfectionnement à l’école supérieure d’ébénisterie d’Avignon (ESEA Le Thor). L’idée est d’acquérir une compréhension des matériaux et du bois pour pouvoir exprimer son potentiel. Pendant 10 mois, Vincent suit une formation qualifiante et diplômante pour obtenir un diplôme de technicien des arts mobiliers sculptés et décoratifs.

Vincent Givogre
Vincent Givogre Sculpteur Photo Rv Dols

En 2015, quand il sort de l’ESEA, Vincent décide de s’investir à corps perdu dans la création. Pendant trois ans, il tourne autour de son sujet sans relâche. Sa préoccupation est de retranscrire dans la matière les prémices d’un enjeu esthétique qui lui est propre. Il veut donner une réalité à cette sensibilité inscrite en lui. La complexité de l’anatomie occupe ses recherches. Il se perfectionne sans relâche pour acquérir des gestes sûrs et précis.

Les premières œuvres

Les débuts sont axés sur des œuvres composites en bois, pierre et métal. Chaque matériau véhicule une idée, un rôle. La pierre pour la force et la base. Le métal pour le mouvement, l’ampleur, les tensions et les formes. Le bois pour la chaleur du vivant.

En 2018, il s’inscrit à la chambre des métiers. Le statut lui permet de travailler et de facturer, en parallèle de ses recherches. Vincent est également artiste-auteur. À cette époque, il multiplie les expériences artistiques. Il participe à des Symposiums ; au cours de différentes manifestations, il réalise des performances en sculptant des œuvres monumentales aux yeux de tous.

En 2020, Vincent est habité par l’envie d’exprimer, avec pour seule matière le bois, les trois préceptes qui composent ses précédentes séries. Faire transpirer la force, le mouvement et la chaleur dans les essences de bois le mobilise.

L’objet de son travail reste les corps humains et l’ambition de l’échelle 1. L’artiste se focalise sur des morceaux de corps. Peut-être que cette période lui a permis d’acquérir la dextérité inhérente à la sculpture monumentale, en somme une étape qui s’avère indispensable pour évoluer à taille humaine.

Sculpteur bois
Vincent Givogre Sculpteur Photo Rv Dols

De série en série, il fait évoluer son œuvre

C’est sous forme de série que Vincent oriente ses axes de recherche. Dans la série " Segments ", il se base sur des recherches anatomiques, il travaille sur les tensions musculaires. Selon un mouvement donné, quels sont les muscles qui sont en tension, une réflexion qu'il transcrit en 3 dimensions dans le bois.

Dans la série Catharsis, l’enjeu était l’équilibre entre le haut et le bas du corps, tout en pouvant mettre le haut et le bas du corps en opposition.

Vincent sculpte plusieurs séries simultanément, cela lui permet d’isoler certains éléments qu'il met en valeur d’une sculpture à l’autre.

L’écologie

Vincent est proche de la nature, la matière première qu'il utilise, le tronc d’arbre, illustre bien cette sensibilité. Il refuse d’appliquer sur ses créations des substances toxiques pour l’environnement et l’humain. Les sculptures d’intérieur sont cirées à l’aide d’une composition maison 100% naturelle. Le chêne étant un bois tanique, un apport métallique et aqueux fait ressortir et oxyder ses tanins. Les sculptures monumentales qui sont souvent exposées en extérieur sont également en chêne mais, le traitement est différent. Dans un premier temps, elles sont brulées. Ensuite, il ajoute une patine mécanique par l’action du brossage.

L’évolution de ses recherches

Les sculptures de Vincent Givogre sont une abstraction du corps humain, qui passe par une anatomie formelle, stricte et naturaliste. L’artiste mène une quête vers une forme hyper épurée qui évoquera immanquablement le corps humain.

Par Rv Dols : photojournaliste@oeilpaca.fr

Place de la Juiverie Pernes-les-Fontaines Vaucluse / www.vincentgivogre.com.